AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le carrosse de madame est avancé [Anna]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Sam 15 Aoû - 11:58

«  Roulez plus vite »?! Mais depuis quand lui donnait-elle des ordres? Alors qu'il était sur le point de le lui faire remarqué il se tut lorsqu'il vit la mine blême de sa co-pilote. Tremblotante, pâle comme une morte, elle semblait se cramponner à ce qu'elle pouvait pour éviter de vomir...De vomir? Une vague d'horreur submergea alors le maire adjoint.
« Ne me dites pas que vous êtes malade?! » fit-il alors avec une voix emplie d'énervement et tandis qu'il tenait le volant à une main il se rua sur la boite à gants dans laquelle se cachait un sac en plastique en parfait état, il lui jeta avec négligence sur les genoux. «  Tenez, au cas où je ne roulerais pas assez vite pour vous ! » il était difficile d'aller plus vite qu'il n'allait alors sur le grand axe routier de l'île. Heureusement, l'heure tardive avait un peu dilué la circulation qu'il y avait toujours sur la route mais il demeurait quand même beaucoup de voiture qui allaient et venaient dans les deux sens. Il ne prêta plus aucune attention à la jeune femme et se hâta de rejoindre leur quartier commun, le vieux Chatam. Pas inquiet pour autant il se contenta du silence qui régnait dans la voiture, certaines choses qui s'étaient passé ce soir lui restait en travers de la gorge et il avait bien attention de les lui ressortir, malade ou pas.
Au loin se profilait la vue merveilleuse du vieux Chatam là nuit. Quartier modeste un peu éloigné du centre mais qui possédaient quand même une certaine activité, on avait tout fait pour conserver son côté ancien et historique, ainsi, les vulgaires lampadaires qu'on pouvait avoir coutume de croiser dans les centres villes étaient remplacé par des chandeliers électriques au charme non négligeable et par des pots de fleurs multicolores. La route en béton était remplacée par une modeste route en pavé ancien, rappelant un côté médiéval. Le charme de la ville contrastait avec celui de la jeune femme à ses côtés qui visiblement avait du mal à tenir le coup.
Enfin, ils arrivèrent chez Anna, freinant un coup brusque pour se garer le long de la rue et la poussa hors de sa voiture avec somme toute, une certaine délicatesse. Il n'avait alors qu'une envie, repartir aussi tôt mais son devoir était de la raccompagner jusqu'à chez elle, jusqu'au seuil de son appartement, surtout si celle-ci était malade. Attendant quelques instants, il finit, après un soupir, à sortir de sa voiture après y avoir préalablement couper le contact.

« Relevez vous, vous faites peine à voir. » fit-il alors d'une voix monocorde. «  Visiblement, vous avez beau jouer les durs la vue d'un cadavre et tout bascule n'est-ce pas? » un rictus moqueur s'affichait sur ses lèvres alors qu'il s'abaissa pour l'aider à ses relever.
« Enfin, heureusement, vous n'avez pas vomit dans ma voiture. » se contenta-t-il de dire, comme si l'état de santé de la jeune femme lui importait peu. Même si il avait senti une pointe d'inquiétude lorsqu'il avait vu le visage livide de la jeune femme dans la voiture, il se refusait à l'admettre, et puis c'était juste un malaise et visiblement elle reprenait déjà des couleurs. L'aidant à rester debout en lui tenant le bras il attendait qu'elle reprenne ses esprits.

« Vous vous sentez mieux? » Fit-il. «  Je vous raccompagne chez vous? » et ils commença à marcher doucement vers la porte. «  Vous avez de la chance, les passants auraient pu vous prendre pour une alcoolique. » conclu-t-il sur le ton de l'humour.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Sam 15 Aoû - 14:45

Bizarre bizarre, et je dis bizarre, comme c’est bizarre… La jeune femme avait le regard vide, fixant involontairement droit devant elle, c'est-à-dire le pare brise de la voiture. Elle était préoccupée par la java qui se déroulait dans son estomac. « Et de gauche à droite ! D’avant en arrière ! Et de haut en bas… » Houlà comme le monde tournait autour d’elle. Elle n’avait pourtant pas le mal de mer, mais cette tempête persistait ! Il suffisait d’une simple bosse pour que son champagne ressorte sur la moquette. Et plouf, elle serait sortie de la voiture en moins de deux ! Dieu qu’il s’arrête, ça mooonte !
La jeune femme tenta de calmer son haut le cœur en fermant les yeux un bref instant. Et l’image de ce cadavre qui ne cessait de lui revenir ! Elle n’avait même pas envie de pleurer, pas encore, simplement de vomir… Vous me direz que vu les circonstances, pleurer ou vomir traduisaient la même émotion sur elle. Lors de la mort de sa mère, elle avait fait les deux. Un mariage tout à fait attendrissant qui… bon j’arrête. Quoiqu’il en soit, notre petite nature bien cachée réussit tout de même à repousser le sac plastique vulgaire qu’elle venait de recevoir. Elle ne put s’empêcher de lever la tête, se demandant si ce sac était tombé du ciel. Ouhou tiens comme c’est étrange, le ciel était noir, vraiment obscur ! Comme… Comme le plafond de la voiture. Comme c’est étrange ! Non, pas étrange, bizarre ! Et je dis bizarre, comme c’est bizarre ! Mais pas autant que les lèvres de cet homme, qui remuaient sans pour autant laisser dégager un quelconque son. C’était un tic ? Il s’était mordu ? Une envie de chanter tout bas ? La radio n’était pourtant pas mise. Et pourtant, c’est en se concentrant sur ces dites lèvres, que la psychologue comprit qu’il parlait, et qu’elle n’avait pas fait attention à ce qu’il disait.

- « … pas assez vite pour vous ! »

Elle approuva d’un hochement de tête, tandis que le sac tombait à ses pieds. Ah mais sisi, il parlait un peu vite pour elle, donc il n’avait pas à accélérer… C’est bien ce dont il parlait, non ? Alors elle répondit d’une petite voix.

- « Justement, un peu moins vite et ça ira. »

Anna Feguson, 25 ans, psychologue, célibataire, complètement à coté de la plaque. Enfin tant pis, tout ce qu’il risquait de penser, c’était qu’elle se fichait de lui, mais ça n’était pas très grave. Clignant plusieurs fois des yeux, elle était soulagée de sentir son envie soudaine de s’étaler, partir en même temps que le paysage derrière. Adieu cadavre ! Adieu la mort, Adieu images qui donnent mal au ventre… Mince, maintenant elle y repense… Elle sentit la voiture s’arrêter. Enfin… Se stopper net même. Là c’était un coup de canon qui venait de retentir au dehors, on nous attaque ! Un petit gémissement, ou plutôt un râle féminin et plaintif s’échappa de sa gorge d’une manière peu audible. Elle lança un regard furieux à ce bourreau qui n’avait aucune pitié, se promettant de lui faire regretter amèrement ce morceau de sadisme dont il venait de faire preuve. Et tout à coup, elle se rendit compte que le fait de se déchaîner mentalement sur lui calmait son mal de ventre. Qu’est-ce que ce serait si elle se défoulait verbalement aussi, alors ? La guérison totale ! Elle détacha sa ceinture et ouvrit la portière. Cependant elle ne se leva pas. Pas encore prête, il fallait déjà que le sol arrête de bouger, ce serait déjà mieux pour tenir dessus ! Heureusement que l’immeuble possédait un ascenseur… Enfin c’était plutôt normal, puisqu’il s’agissait d’un immeuble de ‘luxe’, ou presque. Elle entendit Adrian descendre de sa voiture. Au moins il ne la poussait pas, c’était déjà ça. Il suffisait de la pousser pour qu’elle reprenne une séance de scandales comme elle avait fait à l’université. Et qu’elle s’écroule ensuite dans son lit pour faire un gros dodo.

- « On appelle cela de la sensibilité. Vous connaissez ? » Répliqua-t-elle d’une voix de fille de mauvaise humeur qu’il ne fallait pas titiller au risque de se prendre des sarcasmes d’une fille de mauvaise humeur qu’il ne fallait pas titiller au risque de… Enfin voilà.

Levant les yeux devant l’homme le plus galant de l’île, elle lui offrit son plus beau regard haineux en guise de réponse au sourire moqueur d’Adrian. ‘Et mon poing dans ta figure, tu veux y goûter ?!’. Il ajouta une petite déclaration tout à fait anodine, comme quoi elle n’avait heureusement pas vomi dans la voiture. La première chose qu’eut envie de faire la jeune femme, c’était de se retourner et d’offrir tout son repas au siège de cuir du conducteur. Juste pour lui répondre après ‘Suffisait de demander.’

- « C’est bien. Vous avez bien conduit. Je suis fière de vous. » Ironisa la jeune femme en approuvant ses dires d’un hochement de tête. Si elle n’avait pas tapoté l’épaule du maire adjoint à cet instant, c’est parce qu’elle n’en avait pas eu le courage. Sinon, elle l’aurait fait.

Elle laissa Adrian l’aider à se relever, s’appuyant sur son bras pour rester debout. La jeune femme cligna plusieurs fois des yeux puis retrouva son naturel fougueux en posant ses yeux sur l’homme, afin de le fixer.

- « Je vais mieux, merci. Allons-y. »

Elle entama donc la marche, d’une allure beaucoup plus confiante et normale. Elle se sentait mieux, c’est vrai, et l’air lui faisait un bien fou. Et puis répondre aux sarcasmes d’Adrian lui faisait oublier ce qu’elle venait de voir, tout en faisant revenir son naturel au grand galop. Hmmm que c’était bon de se disputer, parfois ! La jeune femme prit un air faussement indigné lorsqu’il lui fit remarquer qu’elle ressemblait à une alcoolique.

- « Vous seriez plus honteux que moi, si c’était le cas. »

Pénétrant dans le bâtiment après avoir rentré une clé, qu’elle avait sorti de son sac à main (je vous l’ai dit, le sac à main est THE outil indispensable d’une femme !), elle lâcha le bras d’Adrian pour passer devant lui, comme une grande fille. Anna appuya sur le bouton de l’ascenseur et, miracle, il était déjà en bas. On ne faisait pas attendre une princesse. Elle rentra dedans avec Adrian puis indiqua aux boutons le 3e étage.

- « Il serait impoli de vous dire aurevoir sur le seuil de ma porte, alors que vous me raccompagnez chez moi. » Affirma-t-elle en plongeant à nouveau ses yeux dans ceux du maire adjoint. « Je vous offre quelque chose à boire ? Cette fois, vous ne pouvez pas repartir en klaxonnant bêtement pour me narguer. »

Hop, un petit peu d'ironie, elle reprenait du poil de la bête. Elle avait tout calculé, s'il refusait, il ne pouvait pas s'enfuir d'une manière aussi arrogante qu'il l'avait fait la dernière fois ! Sa fierté était en jeu, et.. Enfin voilà, la jeune femme voulait simplement qu'il accepte. Pourquoi ? Parce que l'arrogance et l'insensibilité de l'homme l'agaçait assez pour lui faire oublier les malheurs de la soirée, ou presque. Ou du moins, c'était ce que se disait la jeune femme, parce qu'elle refusait encore de croire en une autre raison.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 17 Aoû - 21:57

Visiblement, le fait d'être malade ne changeait en rien le comportement de la jeune femme. Mais il n'y prêta aucune attention, comme si déjà il s'était habitué aux sarcasmes qu'Anna avait tendance à déblatérer sans raison aucune. Qu'importe, ce n'était pas important de toute façon, lorsque celle-ci lui lança sur un ton on ne peut plus agressif si il connaissait la sensibilité, le maire adjoint eut un rictus en coin des plus sarcastiques et considérant sa collègue de fortune du coin de l'oeil, il rétorqua. «  Sensibili-quoi? » avant de réajuster ses lunettes sur son nez et de poser sa veste sur son épaule en contemplant la rue qu'il trouvait soudainement bien plus intéressante que la jeune fille. Et lorsque la jeune femme lui lança son pire regard face aux moqueries qu'il pu lui faire, Adrian ne pu faire qu'une chose, la regarder droit dans les yeux, un sourire aux lèvres avant de lui rétorquer d'une douce voix pleine d'ironie. «  Ah, que vous êtes belle quand vous êtes en colère, vous le savez? » cela n'avait pour but que d'énerver davantage la jeune femme, ou de la déconcerter c'était selon.

Il avait bien conduit? Il sentait à peine l'ironie qu'Anna avait mis dans ses mots, et face à cela il ne pu que lui lancer un regard noir avant d'ajouter finalement. «  Vous m'avez dit de rouler vite, je n'ai fais qu'exécuter les ordres d'une petite nature malade à la vue d'un cadavre. » une réponse encline à la provocation chose qui, il était certain, n'allait pas manquer à faire tout le long du moment qu'il passerait avec elle.
Visiblement, la progéniture du maire semblait aller mieux et se dirigeait déjà vers ses appartements, il lui emboîtait le pas non sans sourire, et lorsqu'il lui fit à nouveau une remarque sur son état, elle rétorqua qu'il aurait sans doute eut plus honte qu'elle. Il haussa les épaules.
« Je vois mal comment, les gens auraient vu en moi un noble serviteur qui ramène une pauvre demoiselle complètement ivre chez elle. Je n'aurais pas à avoir honte, en tout cas, pas comme vous le supposez. » Un sourire carnassier apparut sur ses lèvres.
Le bâtiment était désert et les pas des talons de la jeune femme raisonnait déjà sur le carrelage tandis qu'elle appuyait sur le bouton d'appel de l'ascenseur et celui-ci s'ouvrit aussitôt, étant déjà au rez-de-chaussé. Entrant tout deux dans celui-ci, Anna poussa sur le bouton du troisième étage et s'en suivit un lourd silence...Que la jeune femme fini par brisé en lui proposant de boire un verre chez elle, lui rappelant la petite anecdote de la fuite en klaxon de la dernière fois. Tournant la tête vers elle, il plongea ses yeux dans ceux de la fille du maire et afficha son plus beau sourire.

« Oh, voyez vous ça, mademoiselle Feguson ne ramène pas chez elle son bellâtre couleur ébène ? » fit-il avec plein de sarcasme, car évidemment il n'avait pas oublier la danse qu'elle avait fait sous ses yeux en compagnie de l'homme basané qui ne lui inspirait nulle confiance. Ni le fait qu'elle avait dîner avec ses étudiants plutôt qu'avec lui. Il préférait se conforter que cette réplique n'était que l'un de ses multiples sarcasmes, alors que déjà l'ascenseur annonçait son arrivée au troisième étage de l'immeuble. Il pris le pas sur Anna sans même la regarder, sachant bien que la réflection n'allait pas rester sans réaction.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 17 Aoû - 22:31

‘Sensibili-quoi ?’ Gna gna gna ? Crétin va. La jeune femme poussa un soupir de résignation. Autant ne pas discuter de ce sujet avec lui, il se moquait éperdument de ce qu’il venait de se passer. Elle perdait son temps, elle n’arriverait à rien avec cet homme ! La jeune femme n’arrivait même pas à le déstabiliser de son regard, ce qui la frustrait. Moins que la remarque cinglante d’Adrian cependant. Belle quand elle se met en colère, c’est cela. La psychologue se tut, se disant que si elle lui répondait encore, ils allaient se taper dessus. Mais ce n’était pas grave, elle l’aurait au tournant. S’il voulait l’énerver pour qu’elle réponde, c’était raté ! Non mais oh. Lorsqu’elle se moqua de la conduite d’Adrian, elle reçut un regard noir de ce dernier. Elle était satisfaite d’elle, à ce moment. Oui, plutôt contente de l’énerver autant que lui l’énervait. Et même si sa remarque n’était pas des plus fines, elle se contenta d’un simple et ironique.

- « Quel joli regard, vraiment. » En retour à la phrase qui disait qu’elle était belle lorsqu’elle était en colère, un peu avant. La jeune femme pénétra ensuite à l’intérieur du bâtiment avant de se faire doubler par le maire adjoint.

- « Un noble serviteur… » Répéta-t-elle en laissant échapper un petit rire. Elle tourna ensuite la tête vers Adrian, puis leva la main devant sa bouche, faisant mine d’être étonnée. « Oh pardon, vous étiez sérieux ?»
La jeune femme rabaissa ensuite son bras puis esquissa un petit sourire amusé. Après avoir appuyé sur le bouton de l’ascenseur, elle attendit patiemment avant de lancer sa proposition. Proposition qui fut légèrement détournée, à en croire la réplique du maire adjoint. Mais elle savait qu’il était d’accord. Sinon, il aurait refusé d’une manière plutôt directe, puisque c’était parfaitement son genre. Mais là, c’était trop, mais pour qui se prenait-il ? Son ‘bellâtre couleur ébène’ était en tout cas beaucoup plus élégant, et plus galant ! Lui n’avait pas besoin d’être hypocrite pour attirer la sympathie. Ne voulant pas laisser transparaître une quelconque expression de fureur sur son visage, la jeune femme tourna la tête et fixa d’un regard indifférent les yeux d’Adrian. Comme d’habitude, vous me direz, sauf pour l’expression du visage.

- « Vous êtes jaloux peut-être ? » Lâcha-t-elle avant de reprendre sans laisser le temps au maire adjoint de répondre. « Peut-être pourrais-je vous inviter tous les deux, d’ailleurs, et vous amènerez cette magnifique avocate qui vous a bien collé, au sens propre du terme, et pour votre plus grand plaisir. » Ajouta la psychologue avec ironie.

Anna était plutôt remontée, en cet instant. Et l’ironie et le sarcasme la soulageaient assez pour se calmer. Même si elle était rentrée dans le jeu d’Adrian, cela ne la dérangeait nullement, puisqu’elle savait se défendre. Esquissant un petit sourire afin de chasser toute frustration, elle regarda les portes s’ouvrir puis reposa ses yeux sur le maire adjoint. Elle posa un pied à l’extérieur puis lui lança d’une voix tout à fait naturelle.

- « Il me semble que vous appréciez le scotch, non ? J’en possède. »

Elle réajusta son sac à main sur son épaule puis se dirigea dans un grand couloir beige. Devant la porte numéro 12, elle inséra l’une des clés du trousseau qu’elle avait gardé en main, puis ouvrit la porte. La jeune femme se tourna vers le maire adjoint, une lueur de défi dans le regard. Elle s’était légèrement écartée pour le laisser passer.

- « Ou peut-être voudriez-vous du jus de fruit ? » Lança-t-elle dans l’unique but de le taquiner.
Dans son appartement, tout était rose bonbon. Des petits cœurs étaient accrochés un peu partout et des lapins blancs traînaient sur le sol en souriant de toutes leurs dents…. Évidemment que ce n’est pas vrai.

Non, l’appartement d’Anna possédait des pièces plutôt vastes, notamment le salon, qui était séparé de la cuisine par un petit muret. Dans ce dit salon, il y avait un fauteuil et un canapé brun, bien moelleux, bien confortable. Il pourrait accueillir deux personnes, si ces dernières étaient serrées. Et l’on pourrait très facilement s’endormir dessus, aussi.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Jeu 20 Aoû - 15:26

«  Merci, vous n'êtes pas la première a me dire cela. » fit-il simplement en réponse à ce que la jeune blonde lui disait, puis, sans attendre, il lui emboîta le pas pour entrer dans l'immeuble. Ils poursuivirent la conversation sur son état, ce qu'il venait de lui dire semblait bien la faire rire. Voyez vous ça, mademoiselle Feguson n'était pas encore d'humeur joyeuse. Quoique, il commençait à avoir l'habitude de ses manières de gamine insupportable. Était-il sérieux? Bien sur, en tout cas plus qu'elle qui avait même pas pu tenir le coup face à la vue d'un cadavre.
« Vous me parlez de sérieux alors que vous n'êtes même pas fichue de garder votre sang froid face à une situation comme celle de ce soir? L'hôpital se ficherait-il de la charité? » lui lança-t-il telle une flèche, tentant à nouveau de la piquer là où ça faisait mal. Décidément, il se demandait si avoir une conversation normal avec elle serait possible. Pire, il pouvait même se demander parfois si ELLE était normal. Elle et son infernal caractère de cochon, elle est son tempérament impossible qui lui avait valut purement et simplement quelques griffes dans le dos quand il avait du, de force vous l'imaginez bien, entraîner la jeune progéniture du maire hors du lieu de crime.

Une fois dans l'ascenseur, le calme était revenu entre eux deux, un silence qui ne fut que de courte durée car une fois arrivé au troisième étage la jeune femme le brise aussitôt par une invitation. Etait-ce une impression ou elle tenait particulièrement à le voir chez elle? A moins que la blague de la dernière fois ne lui soit définitivement rester sur le coeur et qu'elle ait décidé de le lui faire regretter. A l'invitation de la jeune femme il haussa simplement les épaules, comme si cela ne lui faisait ni chaud ni froid, alors qu'en vérité le maire adjoint avait du mal à retenir son sourire. Mais un sourire pourquoi au juste? Parce qu'elle l'invitait ou car il allait enfin pouvoir lui reprocher le fait d'avoir un peu trop traîner avec un autre homme que lui ce soir? Dans les deux cas cela avait quelque chose d'effrayant. Il mettait la deuxième solution sur le dos de l'envie de provoquer la jeune femme, chose qu'il fit aussitôt, et qui eut l'effet escompté.

Jaloux, lui? Il fronça les sourcils avant de pouffer légèrement? N'importe quoi ! Comme si il avait tiqué lorsqu'il avait aperçu Anna avec cet homme, comme si, à ce moment précis, son regard n'était porté que sur lui. Mais il n'eut pas le temps de contredire sa question que déjà Anna emboîtait sur un autre sujet, notamment sur Malika.
« Une avocate... Oh, vous devez sans doute parler de mademoiselle Stormwind. Si je n'étais un pas un homme élégant je vous retournerais la question que vous m'avez posée, mais je me contenterez de vous dire que ce n'était qu'un détail. » fit-il, légèrement agacé. Visiblement le bruit qu'ils faisaient à discuter sur le pallier agaçait déjà l'un de ses voisins. Après un bref regard à son hôte, il accepta cependant son invitation, ayant la terrible sensation que cette soirée allait être une partie de joute verbale à n'en plus finir. L'appartement était spacieux et entre le désordre et l'ordre, reflétant bien le caractère parfois lunatique de la jeune femme. Elle lui proposa du scotche, chose qui le surpris, il en haussa d'ailleurs les sourcils.
« Vous possédez du scotche? Vous? Vraiment? » fit-il avec un air moqueur. A la seconde réplique d' Anna, il ajouta «  Le scotche me suffira, par contre vous, vous devriez vous contentez d'un jus de fruit, si déjà un cadavre vous retourne l'estomac. » un rictus moqueur se dessinait alors sur ses lèvres alors qu'il s'installa sur un des canapés du salon, sans bien sur demander l'avis de la jeune femme. Aussi, rapidement, les deux verres de scotches furent poser sur la table.

« Je dois admettre que c'est plutôt un bel appart', je m'attendais à quelque chose de plus....Désordonné de votre part. » fit-il alors en regardant autour de lui avec attention.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Jeu 20 Aoû - 16:18

Pourquoi le fait qu’il la remercie avec ironie ne l’étonne pas ? Non pas qu’elle s’en doutait, mais toute personne dotée d’un minimum d’intelligence esquivaient ce genre de provocation par un ‘merci’. Comme quoi, il n’était pas si ‘insensible’ puisque lui aussi réagissait à quelques remarques bien placées. Anna ne savait pas pourquoi elle était aussi ‘piquante’ avec cet homme. C’était pour elle le seul moyen de ne pas perdre la face devant lui, et elle ne le voulait surtout pas. Voulait-elle lui prouver qu’il n’avait pas la capacité de faire plier n’importe quelle personne, à part son père ? Ou bien qu’elle ne dépendait pas toujours de ce dernier, et qu’elle-même était parfaitement capable de se défendre seule. Chose qu’Adrian ne semblait pas croire, visiblement… Mais peu importe, pourquoi essayer de lui prouver ? Leurs discussions finissaient toujours en disputes et en provocations. Un jour, ils allaient vraiment se taper dessus, qui sera le premier à sauter sur l’autre ? Les griffes étaient sorties depuis la première fois qu’ils s’étaient parlés, et la psychologue savait à quel point il était stupide d’essayer de la faire sortir de ses gonds, et que ça n’était pas non plus une raison pour lui répliquer. Mais que voulez-vous, elle avait clairement l’intention de lui faire comprendre que Mademoiselle Feguson n’était pas à prendre à la légère. Pourquoi l’a-t-elle invité chez elle alors ? Vous savez, les filles, c’est toujours compliqué…

- « Je parle de sérieux avec un homme qui ne cesse de ressortir le même instant du passé comme argument. » Répliqua-t-elle sèchement, agacée qu’il ne cesse de lui rappeler l’image d’horreur qu’elle tentait de chasser depuis tout à l’heure.

C’est bon, elle avait compris, il est mort, elle en a été malade, mais elle allait mieux donc ce n’était pas la peine d’en rajouter s’il ne voulait pas qu’elle lui vomisse dessus. Ces hommes ne comprennent rien à rien ! Adrian était infect, était-il ainsi avec tout son entourage ? Aussi odieux et détestable ? Comment pouvait-il conquérir des femmes telles que Malika ? Pour son prestige, sûrement. Étrange paradoxe, tout de même, qu’il soit une des personnes les plus proches de Dorian Feguson, et qu’il ne cesse de se disputer avec sa fille. Lorsqu’elle lui rappela l’avocate avec qui il a dansé, et même embrassé, elle pu constater de la frustration chez Adrian. Eh oui, elle avait beau être un tout petit peu plus soupe au lait que lui, elle n’était pas psychologue pour rien. La jeune femme retint un sourire, mais elle répondit tout naturellement, fixant toujours Adrian.

- « Si vous me retournez la question, je vous répondrais simplement que je n’ai fait que vous renvoyer l’ascenseur. » Fit-elle en ouvrant son appartement. « Mais je ne savais pas que vous étiez aussi proches de vos détails. Physiquement, j’entends. » Ajouta la jeune femme en faisant bien sûr référence au baiser qu’elle avait surpris. Je dis bien surpris, car ce n’était pas comme si elle avait épié sans le vouloir le maire adjoint, non voyons…

D’ailleurs, ce dernier jugea bon d’être étonné au fait qu’Anna possède du scotche chez elle. Belle preuve encore que la jeune femme était à ses yeux trop naïve, innocente, peut-être chétive et sans défense. Le scotche était-il un alcool pour les durs ? La psychologue ne buvait que du lait ? S’il savait tout ce qu’elle ajoutait comme mélange, dans son lait… Cependant il avait raison sur un point, elle n’avait pas pour habitude de boire du scotche. Cela n’empêcha pas cependant la jeune femme de laisser échapper un soupir et de tourner la tête vers Adrian pour lui lancer.

- « Vous pensez être la seule personne à avoir franchi le seuil de mon appartement ? Mon pauvre… » Ironisa la jeune femme avant de poser les clés sur le meuble foncé à l’entrée. Elle pris la décision de sa boisson la seconde où il avait lâché une nouvelle déclaration, faisant à nouveau référence au cadavre. Crétin !

- « Oh, vous me sous-estimez maintenant. » Fit-elle mystérieusement, une lueur dans les yeux. Elle sortit deux verres de sa cuisine, la bouteille de scotche et retourna dans le salon pour déposer le tout sur la petite table.

- « Je vous en prie, installez-vous. » Fit-elle en apercevant l’homme déjà assis sur le canapé. De toute manière elle savait dès le début qu’elle ne l’aurait pas fait asseoir sur une chaise. Mais tans mieux, cela lui évitait toujours de l’inviter à s’asseoir. Quant à elle, elle s’installa sur le fauteuil. Elle ne risquait pas de se mettre sur le canapé. Non, n’était pas né le jour où la jeune femme se mettrait à coté du maire adjoint !

- « Ravie de vous surprendre. » Plaisanta Anna en réponse à la réflexion d’Adrian sur l’ordre de son appartement. La jeune femme était d’un naturel ordonné, c’était donc logique que son appartement le soit aussi. Et puis elle s’encombrait de peu d’objets, il n’y avait donc pas grand-chose à ordonner. S’il y avait quelques ustensiles dont elle ne se servait pas, mais qu’elle voulait conserver, comme par exemple un souvenir, une peluche d’enfance… Tout était encore chez son père. Dans une armoire qui ne s’ouvrait jamais, et où les araignées ont élues domicile.
Anna poussa la bouteille de scotche sur la table, pour la mettre juste devant le maire adjoint. N’était-ce pas à l’homme de faire le service pour ce genre d’alcool ? D’ouvrir la bouteille, également.

- « Je vous laisse servir. »

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Dim 23 Aoû - 20:02

Il levait les yeux à la première réflexion de la jeune femme. Était-elle à court d'argument pour lui dire quelque chose d'aussi dénué de sens, il poussa un léger soupir d'un homme faussement agacé. Car en vérité c'était le cas, à force il commençait sincèrement à avoir l'habitude des réflexions de la jeune femme et de ses répliques dénués de méchanceté – mais dont elle ne doutait pas- aussi, après lui avoir lancé un regard perçant, le maire adjoint se contenta de rétorquer avec une voix d'un calme étonnant. «  Je pourrais vous citer d'autres situations, mais je suis trop galant pour ça » fit-il en insistant bien sur le mot galant, qualité dont il se savait totalement dénué.
La discussion s'était alors emballée sur un sujet fâcheux, le gala à proprement parlé – avant bien sur qu'un pauvre type ne se décide à faire une chute libre tragique dans l'université – ou plutôt, leur compagnons durant ce dit gala. Il n'avait absolument pas apprécié le fait que la jeune femme avait décidé de se pendre aux bras d'un type qu'il n'avait jamais vu devant lui, lui qui devait assurer sa protection sous ordre de son père. Le maire adjoint se souvint de la scène avec une étrange rancoeur, une rancoeur qu'il savait tenace.

Une chose était sure, si il n'avait pas eut autant de respect pour Dorian, sans nul doute aurait-il remit en question sa paternité concernant sa fille, à moins bien sur qu'elle ne tienne exclusivement de sa défunte mère et dans ce cas il plaignait cet homme et collègue qui avait du subir en plus du caractère abjecte de sa fille celui de sa femme pendant des années – et il confirmait son hypothèse selon laquelle le mariage enchaînait, pire encore quand il engendrait des pestes de ce genre.
Mais l'histoire Malika n'était pas terminée, que du contraire, lui n'était pas psychologue mais pouvait aisément sentir la frustration et la rancoeur dans la voix de la jeune femme qui n'avait visiblement pas terminé d'en remettre une couche sur le sujet. Proche physiquement? Il éclate d'un rire franc à ses mots.

« Je vous signale, mademoiselle Feguson. Que ce n'est pas moi qui me suis jeté dans ses bras. »
fit-il alors «  Elle a trouvé les miens et s'y est logée seule, comme une grande. Pour le reste, je ne lui ai rien demandé. » fit-il alors sans même considérer son hôte.
Entré dans l'appartement, il ne pu que constater, ces réflexions semblaient en plus agacer au plus haut point la progéniture du maire. Se posant dans le canapé, il entendit le dernier sarcasme de la jeune femme. Pensait-il vraiment qu'il était le seul à être venu ici? Un rictus s'affichait sur ses lèvres, là était l'occasion unique de lui ressortir en pleine figure ce qui s'était passé ce soir.

« Vu la manière dont vous avez allumé l'autre type au gala, je n'ai aucun doute sur le sujet. » fit-il alors en souriant, la regardant droit dans les yeux. «  Et merci pour l'invitation, mais... J'aime prendre mes aises chez mes invités, une habitude peut être. » il observa alors la jeune femme s'asseoir en face de lui, comme si il allait accepter qu'elle se pose elle et son infernale langue de vipère à côté de lui. Tant mieux, elle semblait avoir lu dans ses pensées.
La fille du maire posa les verres sur la table ainsi que la bouteille, cet appartement était calme et les fenêtres fermée bloquaient le bruit de la circulation en ville et l'air encore chaud de l'extérieur, offrant une fraîcheur rare dans un appartement si haut placé dans un immeuble. Il lança un regard de défi à la jeune femme alors qu'elle lui avait proposé de servir les deux verres.
« Je vous préviens, j'ai le coude facile lorsque je sers. » lui dit-il en avertissement, c'est vrai qu'il était rare que le maire adjoint ne serve un verre de scotche à moitié vide. «  Surtout lorsqu'il s'agit de scotche » ajouta-t-il en souriant. Puis, sans attendre, il pris la bouteille et versa la quantité habituelle qu'il avait coutume de servir à savoir les trois quart du verre pour chacun d'eux.
Il pris alors le sien et fit mine de trinquer, attendant la réponse de son hôte, ajoutant avec une pointe d'ironie.

«  A notre amitié naissante, qu'elle puisse durer toujours. » Bien sur, il n'était pas prêt de devenir ami avec elle, mais c'était pour le geste. Il sourit, prêt à boire la première gorgée d'un scotche qu'il aurait pu penser empoissonné venant d'elle.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Dim 23 Aoû - 20:46

Trop galant, mon œil. Que ne dirait-il pas pour faire son intéressant ! Histoire de lui faire comprendre à quel point c’était bas, elle ne préféra pas relever cette remarque. Autant parler à un sourd. Sauf que c’était un sourd qui répondait, étrangement. La jeune femme laissa elle aussi échapper un petit rire lorsqu’Adrian répliqua que c’était Malika qui s’était jeté sur lui, et non l’inverse. Mais bien sûr, pourquoi les hommes avaient-ils tous le même prétexte ? C’est bizarre, parce que lorsque la situation est inversée, l’homme se retrouve étrangement plié en deux, en train de tenir ses parties génitales et en criant de douleur. Les filles savaient se défendre, elles. Les hommes, il suffisait de redresser un petit peu la poitrine pour les amadouer. Quelle honte.

- « Oh, mais bien sûr ! » Lâcha la jeune femme en se tournant vers le maire adjoint. « Et c’est à ce moment là que vous l’avez repoussé ! Ah non, c’est vrai, vous ne l’avez pas fait. Elle devait vous tenir trop fort pour que vous y arriviez. » Ajouta ensuite la psychologue dans une ironie parfaite.

Ce n’était plus un ton agacé qui sortait de sa bouche, mais plutôt un sourire sec. Elle s’installa sur le fauteuil en poussant un léger soupir, plutôt soulager de s’asseoir sur quelque chose de familier, et d’être rentrée chez elle après cette soirée éprouvante. Au fond, après y avoir un petit peu réfléchi, elle se disait que ce n’était peut-être pas si mal qu’il soit là. Qu’il la provoque, lui lance des sarcasmes et des remarques désobligeantes. Même si elle détestait ça au point d’y répondre avec, bien souvent, de l’amertume ou de l’ironie, elle savait pertinemment que sans ça, elle serait peut-être rentrée chez elle pour passer ces mauvais souvenirs, seule dans son lit, à se morfondre dans le noir. Pire, elle serait peut-être restée là bas, à frapper ces pauvres hommes jusqu’à ce qu’ils la lâchent, et à fuser vers le bâtiment pour éviter de tomber malade devant tout le monde. Quel monde d’ailleurs, la psychologue devait à tout pris aller voir Evangeline demain, à Stanford. Elle savait que cette dernière s’entendait bien avec McAdams, et n’était-ce pas lui qui s’était donné la mort ? Enfin d’après les rumeurs en tout cas. Anna ne voulait surtout pas laisser son amie dans cette situation. Peut-être aurait-elle aussi pu être plus téméraire et ordonner aux gens de s’écarter ? Peut-être l’aurait-elle fait si Century n’avait pas réagi avant. Elle avait beau ne pas apprécier cette dernière, il fallait bien avouer que la garde du corps du maire avait bien réagi.
Bref, elle préféra oublier ces instants en se disant qu’elle aura tous le temps d’y réfléchir plus tard. Dans la nuit, ou bien le lendemain. En attendant, il y avait un combat qu’elle n’avait pas intérêt à perdre. Un combat ? Non, autant rendre l’utile à l’agréable, c’était une partie de plaisir !

- « Et encore, lui, ce n’était rien contrairement à toutes les autres victimes avant. » Lâcha la jeune femme en se passant un petit coup de langue sur les lèvres. « Dommage que le destin ne m’ait pas laissé le temps de conclure. » Ajouta ensuite la psychologue en insistant sur le dernier mot, et en observant sérieusement le visage d’Adrian.

Ah, il voulait la provoquer ? Il allait la trouver. Évidemment que c’était faux, qu’elle n’avait en aucun cas ‘allumé’ Teiva ! Jamais elle ne ferait une chose pareille, et puis elle ne draguait pas tant que cela. Non, Anna apprenait simplement à Teiva à danser, peut-être lui demandera-t-elle plus tard de lui apprendre à faire de la planque à voile ? Quoiqu’il en soit, la réplique d’Anna n’avait pour but que de faire taire le maire adjoint. Soit en le surprenant, soit en le frustrant, ce qui serait bien étrange. La jeune femme regarda Adrian servir le scotche, laissant échapper un simple ‘Très bien.’ Lorsqu’il annonça qu’il avait le ‘coude facile’. Maintenant qu’elle avait décidé d’en prendre, elle n’allait certainement pas s’arrêter au demi ! La jeune femme n’avait évidemment aucune honte à boire une boisson plus douce que l’homme, la preuve quelques jours auparavant lorsqu’il l’a invité à prendre à verre près de l’étang. C’est juste que ce soir, elle voulait du scotche. On ne résiste pas à des envies soudaines.

Elle prit son verre au trois quart plein, puis trinqua volontiers avec le maire adjoint. Le regardant droit dans les yeux pour trinquer, elle esquissa un petit sourire amusé lorsqu’il souhaita longue vie à leur belle ‘amitié naissante’, puis rentra dans son jeu en levant son verre à son tour.

- « À la notre, alors. »

Et elle bu une gorgée. Plutôt rapidement d’ailleurs, il était drôlement bon ce scotche ! Et si la bouteille ne survivait pas à cette soirée ?

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Dim 23 Aoû - 22:05

Là, elle avait fait fort. Il aurait du la repousser. Mais pour quelle bonne raison aurait-il du le faire? Après tout, il ne devait rien à personne et certainement pas à elle ! Les mains dans les poches, il lança un regard intrigué à la jeune femme, presque un peu moqueur avant d'ajouter.
« La surprise, vous connaissez? » il marque alors une pause, ajustant ses lunettes «  Ah mais suis-je bête, c'est vous qui surprenez généralement, c'est cela? » il sourit alors, se demandant sincèrement pourquoi la vie sentimentale du maire adjoint intéressait soudainement la fille du maire. «  Et puis, pourriez vous me donner une bonne raison de la repousser? J'entends pas là à l'exception des caprices d'une fille gâtée on est d'accord. » il était en forme ce soir, serait-ce le cadavre qui l'avait inspiré dans ses sarcasmes? Un sourire amusé ne pu s'empêcher de se dessiner sur ses lèvres. Il savait qu'il avait encore eut le dernier mot avec elle et il adorait ça.

Assit face à face, il régnait une ambiance entre détente et guerre froide. Et lorsque son prochain sarcasme s'abattit sur elle comme par enchantement – il fallait dire aussi qu'elle lui avait réellement tendu le bâton pour se faire battre- la réplique vint aussitôt tel un coup de fouet dans la figure du maire adjoint. Pourquoi sa salive était soudainement devenue acide aux mots prononcés par la jeune femme? Pourquoi, si il ne s'était pas retenu naturellement, avait-il envie d'en savoir davantage? Curiosité malsaine? A moins bien sur que ça ne soit sa mission qui lui monte à la tête, sans doute.
Il lui sourit, un sourire amusé qui en vérité ne l'était pas du tout. Regardant sa voisine d'en face droit dans les yeux avant de lui rétorqué d'une voix froide et dépourvue de sarcasmes.
« Dans ce cas, nous avons les mêmes occupations. » il faisait naturellement références à celles qui passaient la nuit avec lui, et elles étaient nombreuses elle. Mais sans doute s'en était-elle déjà aperçu à la suite de ce gala.
Le moment était venu de verser les verres, le liquide couleur ambre s'échouait au fond de ceux-ci avant qu'ils ne trinquent avec une étrange hypocrisie. Le silence, puis, le bruit des verres qui s'entrechoquent et la première gorgée d'un excellent scotche, ce genre d'alcool qu'il devait bien avouer ne pas prendre très très souvent. Il haussa un sourcil, faisant un léger signe de tête en appréciant le doux liquide.
«  Pas mal du tout mademoiselle Feguson » fit-il d'abord avant de constater que le fine bouteille avait pris du caractère au fil du temps «  Bien qu'assez corsé je dois l'avouer. » et il était bien rare qu'il dise ça, lui qui avait l'habitude des alcools forts. Allait-elle tenir le coup face à une telle bouteille. Visiblement oui, il regardait Anna trinquer avec une mine presque étonnée, elle était capable de ça? Elle?
Les verres furent rapidement vides et aussitôt, Adrian se resservit, généralement, le scotche n'était pas l'alcool qu'il craignait le plus. Rare ont été les fois où il fut ivre avec celui-ci, bien que parfois il du s'avouer quelques faiblesses. La bouteille se vidait au fil des mots qu'ils s'échangeaient, une discussion qui semblait beaucoup moins acide au fil des verres qui s'alignaient devant eux. Et là, ce fut le drame.
Une bouffée de chaleur inexpliquée, comme si soudainement, ce scotche pourtant si doux venait de le piéger, tel un loup sautant à la gorge de sa victime, un sourire apparu sur ses lèvres, mais pourquoi souriait-il au juste? Et puis, pourquoi faisait-il si chaud dans cet appartement? Il dénoua doucement sa cravate afin de se donner un peu d'air. Avait-elle empoissonné le scotche comme il l'avait soupçonner? C'était qu'il était sacrément bon ce scotche, il prit à nouveau la bouteille, la levant d'un coup sec pour s'en resservir et constata avec surprise qu'aucune goutte du nectar ambré n'en sortit.

« Tiens... Elle est vide.. » fit-il, d'une voix toujours aussi rude mais dans laquelle on pouvait sentir quelques tons hésitants. Un long silence s'en suivit, il lança un regard à son hôte, si il continuait sur cette lancée, il serait ivre et il le savait. Le maire adjoint était dans ce moment où il vacillait entre la raison et la folie, un pas suffisait à franchir la limite qu'il atteignait rarement, mais pourquoi voulait-il l'atteindre, pire, la dépasser ce soir? Une question qui allait demeurer sans réponse...Pour l'instant.
Adrian sourit à son hôte, puis, d'une voix toujours sure, bien qu'un peu hésitante, il lui demanda.
« Vous avez autre chose à nous proposer? »

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Dim 23 Aoû - 22:47

La surprise, quel humour ! Comme si Adrian était un homme long à la détente. Qu’il avoue plutôt avoir aimé cette magnifique danse du popotin que lui avait offerte Malika, et ce merveilleux baiser qui l’a sûrement envoyé au septième ciel. Alors qu’il ne vienne pas utiliser l’argument de la surprise, la psychologue n’y croyait pas une seule seconde. Lorsqu’il lui demanda une seule bonne raison pour repousser l’avocate, elle cru percevoir un sourire de vainqueur. Mais c’était lui qui avait lancé le sujet, c’était pour le contredire qu’elle avait lui avait suggéré de repousser Malika, d’autant plus qu’il s’était justifié, ce n’était pas pour rien… Si encore il s’en était vanté, où bien il n’avait pas cherché à dissimuler le fait qu’il était collé à elle, d’accord. Cependant Adrian avait prétendu que c’était Malika qui s’était jeté dans ses bras, et cela pour sa propre défense ! Si c’était vrai, alors elle ne signifiait rien. Ou pas grand-chose. S’il mentait, alors il cherchait à le cacher à la jeune femme. Dans les deux cas, elle l’avait, sa bonne raison. Alors il pouvait rembarrer cette lueur victorieuse.

- « La même bonne raison que celle qui vous a poussé à vous justifier. » Fit-elle calmement. Si le fait d’imaginer le maire adjoint avec l’avocate ne l’agaçait pas étrangement, elle aurait esquissé un petit sourire malicieux. Le seul problème, c’est que le baiser n’arrêtait pas de lui revenir en tête, chose qu’elle essayait de chasser avec frustration. Et pourquoi s’intéressait-elle autant à ce détail ? Détail était d’ailleurs le mot qu’avait utilisé par fierté le maire adjoint pour désigner cette pauvre avocate. Si elle savait sur quoi elle était tombée…

Heureusement que la jeune femme n’avait pas affiché ce sourire malicieux, parce qu’il serait aussitôt parti sur la remarque suivante d’Adrian ! Elle avait voulu le titiller en se faisant passer pour une ‘dévergondée’, et il lui répondait avoir les même loisirs ! Le pire dans cette histoire, c’est que cela ne l’étonnait pas. Des insultes fusèrent dans l’esprit de la jeune femme. Oh, des insultes pas si méchantes, elles ressemblaient à des grognements incompréhensibles ‘grumblm…crétimblm....grublmsaleté…’ Et il était fier de coucher avec toutes les filles qui lui tombaient sous la main ? Anna ne répondit pas. Elle savait très bien que le ton de sa voix trahirait sa frustration sinon. Elle préféra donc se focaliser sur leur manière de trinquer, tout à fait honnête et amicale (ironie, ironie..). L’ambiance s’était déjà un peu détendue, et le sujet de discussion arriva sur le scotche en lui-même.

- « Merci. » Répondit la jeune femme en buvant une nouvelle gorgée. « Mon père m’en amène parfois, pour être sûr d’en avoir lorsqu’il vient. » Ajouta-t-elle ensuite en avalant le liquide.

Adrian jugea que le liquide était un peu corsé. Non ? La psychologue but une nouvelle gorgée pour soulager un peu son palais, juste le temps de répondre ‘peut-être’. Elle paraissait totalement insensible à cet alcool, le visage tout à fait serein, comme à son habitude. Les apparences sont parfois trompeuses, dirait-on. Parce qu’en vérité, c’était la panique totale dans la gorge de la jeune femme. Elle mourrait d’envie d’avaler cul-sec un grand verre de lait, de manger de la mie de pain ou encore d’aller tout recracher dans la cuvette des toilettes. Elle entendait même sa gorge hurler tellement le liquide était fort ! Quelqu’un venait de jeter une torche allumée dans sa bouche, ce n’était pas possible autrement ! Elle s’imaginait sauter au plafond, s’accrocher au petit lustre et crier comme Tarzan avant de plonger dans un étang de glaçon.
Sinon, tout allait bien.

La discussion continua, devenant moins sarcastique au fur et à mesure que la bouteille se vidait. À la fin, la jeune femme n’avait même plus à se forcer pour boire, elle ne ressentait plus rien d’ailleurs. L’envie de tousser s’était évaporée en même temps que le liquide qu’elle ingurgitait. Pourquoi buvait-elle autant ? Anna n’aimait pas se rendre ivre, d’autant plus qu’elle en était parfaitement consciente. Elle avait chaud, et un mouvement d’Adrian qui enlevait sa cravate lui signala que lui aussi. Être saoul était déjà détestable, mais devant lui ce serait une grosse humiliation ! Enfin… Peut-être. La psychologue eut néanmoins la présence d’esprit de finir son verre au moment même où le maire adjoint prenait la bouteille en main. Pourquoi ? Pour la même raisons que pour les verres précédents, elle finissait son verre à chaque fois qu’il prenait la bouteille afin qu’il la resserve en même temps. Ahh, non, pas bien, il ne faut pas encore boire ! Les paroles de l’homme tombèrent dans un grand silence. Un froid s’était jeté, il n’y en avait plus. La fin du monde allait arriver, et un grand moment de solitude venait de s’installer entre les deux personnes. Même Anna affichait un peu une tête de déterrée. Ben quoi, c’est mieux ainsi, non ? Au moins, elle ne boirait plus, donc elle ne serait pas ivre ! Enfin elle avait toujours chaud quand même, mais elle n’avait que la robe sur elle, elle n’allait certainement pas enlever la robe. Anna chassa une mèche de cheveux qui se promenait sur son visage, jusqu’à ces paroles bénies venant du maire adjoint. Si elle avait quelque chose d’autre ? Enfer et tentation, elle ne devait pas !

- « Je vais voir ça. » Répondit la psychologue en posant son verre puis en se levant.

Youpi, ils allaient encore boire un peu ! Rien qu’un tout petit peu. Elle allait être ivre, c’était sûr. La jeune femme connaissait ses limites, et elle savait qu’elle les avait déjà légèrement dépassées. Mais tant pis, ce soir, c’était exceptionnel. Elle buvait… pour le mort ! À son honneur, et aussi à la grande amitié qui venait de naître entre Adrian et elle ! Ahah.
Elle se dirigea vers un petit meuble incrusté d’une serrure et d’une clé. Tournant lentement la clé, c’était une porte qui s’abaissait, tenue à la fin par deux barres en fer. Derrière, des bouteilles étaient découvertes. Mettant la porte à l’horizontal, elle s’attaqua à la fouille alcoologique. Elle attrapa un pack de lait, le posa au sol. Elle fit pareil avec un deuxième… puis un troisième pack. (Savez-vous qu’elle a déjà bu un pack entier en une seule journée ? Les grands moments de détresse…) Elle poussait les quelques bouteilles non dignes de cette soirée sur le coté, avant de mettre la main sur une texture froide qui ne lui était pas familière. Lorsqu’elle tira la boisson jusqu’à elle, le vieux souvenir de son père lui apparut. Lui, apportant cette bouteille pour fêter sa première élection réussie il y a… 8 ans. Et c’était… du whiskyy !! Presque rempli, puisque Dorian avait non seulement été le seul à en boire, mais en plus il avait la sagesse de boire peu pour ne pas être ivre. (Et parce qu’il était attendu aussi dans d’autres endroits pour fêter cette grande victoire.)

Anna se retourna, la bouteille en main et un sourire victorieux sur les lèvres.

- « Notre sauveur. » Lança-t-elle en désignant la bouteille. Elle revint vers Adrian et posa le whisky sur la table avant de mélanger les deux verres pour les poser à coté de la bouteille. Zut, maintenant elle ne savait même plus lequel était le sien, tant pis.

- « À vous l’honneur. » Invita la jeune femme en laissant faire le maire adjoint, comme pour le scotch. Levant la tête vers son fauteuil… Il était loin. C’est vrai qu’il faisait chaud dans cette pièce, et elle sentait une étrange attirance sur le canapé. Oh, il semblait si moelleux, si bon, si confortable… Et su près de la bouteille de whisky ! Elle ne savait même plus trop pourquoi elle ne s’y était pas mise avant. À vrai dire, elle ne cherchait pas à la savoir. Ni une ni deux, Anna se posa sur le canapé, à coté du maire adjoint.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Dim 23 Aoû - 23:35

Notre sauveur. Un soulagement pour le maire adjoint, comme si soudainement sa frustration venait de s'envoler à la vue de la bouteille de liquide translucide ! Oh, le calice de vie, enfin presque, on aurait plutôt tendance à appeler ça la descente aux enfers. Parce qu'il savait qu'au moment où il aurait bu le premier verre de cette bouteille, il ne s'arrêterait sans doute pas... Pas avant qu'elle ne soit vide en tout cas. La raison revint alors, un bref instant certes mais ô combien terrible pour le maire adjoint. Être ivre devant une femme, il s'en fichait éperdument, il l'avait été de très nombreuses fois lors de ses soirées mémorables avec Lorenzo Bianchi – lui l'étant d'ailleurs bien plus que lui- il se souvenait d'ailleurs que ce dernier avait dormit dans le caniveau des docs à la fin des élections municipales lors de la soirée bien arrosée qui avait suivit la victoire de Feguson et la sienne par la même occasion. Non, l'ivresse devant autrui ne lui faisait pas peur à condition bien sur que ça soit en comité restreint.
Mais devant la fille du maire, la fille qu'il était sensé protéger. Quelle image allait-il lui donner. PIRE qu'elle image allait-elle donner à son père de sa personne? Il ne devait pas penser à ça, il suffisait d'un mot de sa part pour dire qu'on arrêtait tout ça, qu'il se refusait à boire encore une goutte d'alcool pour ne pas paraître ivre devant elle, il lui suffisait simplement de lui dire de ranger cette délicieuse bouteille de Whisky qui lui faisait de l'oeil, mais non, il n'en avait déjà plus la force, et c'est avec un étonnant enthousiasme qu'il frappa dans ses mains de contentement en voyant la jeune blonde revenir triomphante, bouteille à la main.

« Merveilleux ! » S'exclama-t-il alors qu'Anna s'avançait vers lui. A lui l'honneur, il lui sourit en prenant la bouteille et en dévissant le bouchon de celle-ci. La douce odeur du Whisky s'échappait du récipient en verre et l'enivrait déjà. Il avait soudainement très soif, il mourrait de soif même, et prenant les deux verres il versa jusqu'au rebords ceux-ci le liquide cristallin, sans prêter attention à Anna il tendit le verre face à lui, s'attendant à la voir assise sur le même fauteuil que tout à l'heure, grosse erreur, tournant son regard sur sa gauche, il vit la jeune femme assise à côté de lui, un sursaut de surprise, avait-il déjà trop bu? Rêvait-il ou était-elle vraiment assise à côté de lui? Son parfum le ramenait à la réalité. Un instant déconcertant et un silence lourd avant que finalement il ne lui tendent le verre , un sourire étrange s'affichait sur ses lèvres. Il tendit son verre pour un toast, le maire adjoint pouvait encore faire marche arrière et ne pas en boire, mais l'odeur de l'alcool était si forte, si attirante et puis, zut, il devait boire ce verre, c'était du gâchis de laisser un tel alcool dans son verre sans l'apprécier.
« A la votre mademoiselle Feguson. » fit-il alors en percutant doucement son verre contre le sien, et il lui sourit, pas un sourire hypocrite, pas un sourire faux, un vrai sourire, le genre de sourire qu'il ne fait jamais, pourquoi sa présence lui plaisait-il autant? L'alcool, ah, l'alcool. Il bu, cette fois-ci, plus question de faire marche arrière, il avait sauté du ravin devant lequel il se tenait depuis qu'ils avaient vidé la bouteille de scotch, en sautant, il savait pertinemment qu'il ne pourrait plus se ressaisir, du moins, pas maintenant, et puis...Depuis quand n'avait-il plus été ivre? Trop longtemps, une fois n'était pas coutume, et puis...et puis...Ah oui ! Il rattrapait ses pensées qui s'échappaient alors comme les vapeurs d'alcool de la bouteille ouverte, et puis, finalement, il y avait peu de chance qu'elle se souvienne de son état, partie comme elle l'était aussi.
« Il est...Délicieux ! » fit-il alors, un sourire sur ses lèvres. Et cette chaleur qui ne cessait pas, il reste un instant silencieux, la brume dans son esprit, à moins que ça ne soit les yeux azurs de la jeune femme qui le perturbait? Non, c'était l'alcool...En fait... il ne savait plus vraiment.
« Vous ai-je déjà dis que vous aviez des yeux magnifiques? »
Le maire adjoint avait aligné des mots comme ça, la première chose qui lui passait par la tête, mais au fond, pensait-il vraiment pour l'instant. Il plongea ses yeux dans ceux de la fille du maire avant de s'exclamer qu'il allait ouvrir la fenêtre, chose qu'il fit en tenant plus ou moins droit avant de finalement revenir à sa place initial, à côté d'Anna.

« Ah, un courant d'air ! » fit-il d'une voix forte. Puis, un bref silence. «  On en était où déjà? » fit-il alors avec incertitude. La descente aux enfers avaient commencer, à moins que ça ne soit l'inverse.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 0:09

Alléluia. Anna ressentait une joie immense à l’idée de combler ses envies en buvant ce whisky. Afin d’éviter toute embrouille de réflexion avec elle-même, qui lui donnerait encore plus chaud qu’elle n’avait déjà, elle ne pensait plus aux conséquences. Finit de peser le pour et le contre, elle était une grande fille et elle avait pris sa décision, elle boirait ce whisky avec Adrian, si l’un des deux tenait jusqu’au bout. D’ailleurs, ses pensées s’étaient évadées. Le plus gros soucis embarrassant qui arriva, sur le moment, et qui occupa tout son esprit fut ‘Comment prendre ce verre sans renverser ?’ parce que le maire adjoint avait rempli à ras bord. Heureusement, ce n’était pas comme si Anna était maladroite. D’ailleurs Adrian lui tendait déjà le verre… Mais pas dans la bonne direction. Elle pencha la tête pensant lâcher un ‘ouhou je suis là’, mais il se reprit. Elle ne voyait pas du tout pourquoi il avait fait ça. La jeune femme lui prit le verre tendu, et après avoir à nouveau trinqué avec le maire adjoint, d’une manière plus naturelle déjà, elle lui lança avec une voix plutôt joyeuse :

- « À la vôtre, mon cher ! » Puis elle but.

Elle s’attendait évidemment à ce que sa gorge brûle, et à devoir gémir parce que dans son état elle n’allait pas pouvoir se retenir comme elle l’avait fait auparavant pour les premières gorgées de scotche. Mais on dirait que le précédent alcool avait effacé toute trace de sensibilité au fond de sa gorge, c’est presque comme si elle pouvait boire ce verre cul sec ! Mais ce serait du gâchis. Plus elle buvait, plus elle avait chaud. Elle avait même la sensation que rien que le fait d’approcher ce liquide d’elle lui donnait des bouffées de chaleur inexplicables. À chaque gorgée qu’elle ingurgitait, elle se passait un coup de langue sur les lèvres pour être sûre de n’avoir oublié aucune goutte sur le coin de ses lèvres. Alors qu’elle était concentrée sur son verre, un flash lui rappela qu’elle n’était pas seule. Ah oui, il était si bon de partager ce moment ! Elle plongea son regard dans les yeux noisette d’Adrian. Le visage de ce dernier avait quelque chose de charmant en soi. Elle ne saurait pas dire quoi, ni pourquoi, mais il lui semblait vraiment élégant, confiant et peut-être ce début de barbe qui le rendait craquant, ou bien ce regard ténébreux qui… Anna !! Elle cligna plusieurs fois des yeux, puis but une nouvelle gorgée de son verre en pensant que ça résoudrait ce petit problème. Alors qu’elle avalait le liquide brûlant, le maire adjoint la complimenta sur les parties qu’elle avait hérité de sa mère : ses yeux.

- « Dans votre genre, vous n’êtes pas mal non plus… » Répondit-elle presque timidement avant d’esquisser elle aussi un sourire en réponse à celui d’Adrian. Tiens, elle ne se souvenait pas d’avoir déjà vu ce sourire. Il lui semblait tellement gentil, qu’elle aussi allait lui offrir son plus beau sourire, tient ! Mais elle, son sourire naturel était plus timide, d’une manière raffiné et aussi sincère que celui d’Adrian.

Deux secondes plus tard, l’homme était debout. Elle lui lança un regard intrigué et l’observa se diriger vers la fenêtre.

- « Excellente idée !! » S’exclama Anna en levant son verre, manquant de renverser le peu qu’il restait sur le canapé. Elle regarda ensuite l’homme revenir s’asseoir. Sur le moment, elle était extrêmement fière du maire adjoint, il avait eu une idée géniale, elle-même n’y avait pas pensé. Elle poussa un petit soupir de soulagement en sentant le courant d’air entrer en contact avec sa peau brûlante. Son visage ne serait pas en train de rougir ? Probablement à cause de l’alcool, ou bien à cause du compliment d’Adrian ? Bof, peu importait, de toute manière la seule chose dont elle se rendait compte, c’était cette sensation de chaleur presque étouffante qui était légèrement apaisée par les quelques brises qui rentraient dans l’appartement. Une fois revenu à sa place, le maire adjoint demanda où ils en étaient. Très bonne question !

- « Je crois que votre verre est vide. » Constata Anna sur une voix plutôt monotone. « Oh, le mien aussi. »

Elle prit la bouteille, et resservit elle-même les deux verres. Comment ? Cette histoire de laisser l’homme faire ? Et puis quoi encore, elle avait soif, elle se servait, un point c’est tout. Chaque verre vide méritait d’être rempli, c’est pourquoi elle avait aussi servi Adrian. Ou bien par compassion, puisque lui aussi semblait avoir chaud. Elle reposa la bouteille après avoir généreusement versé du liquide dans les verres, puis but une grosse gorgée de whisky. Si grosse qu’elle eut un petit hoquet. La jeune femme ne put s’empêcher de laisser échapper un petit gloussement juste après. Il n’y avait rien de drôle, c’était nerveux, mais elle n’avait pas pu s’en empêcher.

- « Hésitez pas à me faire peur, si j’ai le hoquet… » Fit-elle au maire adjoint avant de boire une nouvelle gorgée en se disant précisément ‘Dieuuu que c’est bon de boire ! Encore… encore…’ alors qu’elle ne croyait soi disant pas en Dieu. Elle leva la tête vers Adrian, puis se mit à penser, tout en le fixant. Son regard devenait un peu plus vide, des images défilaient devant ses yeux. Au bout d’un court instant elle revint à elle, comme si elle venait d’être frappée par une idée, puis elle but une nouvelle gorgée avant de lâcher d’une voix admirative.

- « Quand même, il s’est bien aplatis… Comme une crêpe ! Une crêpe… à la confiture de fraise… » Puis elle but une nouvelle grosse gorgée, ce qui provoqua un hoquet chez elle. Elle pouffa de rire en regardant Adrian.
Ça y est, en ce qui la concernait, Anna était ivre.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 0:56

La chute serait douloureuse? Douloureuse? Au diable la douleur ! Il se sentait soudainement comme sur un nuage, la brise fraîche venait caresser son visage surchauffé par l'alcool. Rien ne pouvait plus l'empêcher d'être bien. Le boulot? Balivernes ! Les magouilles? Quelles magouilles ? Ce qui comptait là, c'était le précieux verre de Whisky qu'il tenait en main, et puis, il y avait Anna, elle était là, à côté de lui, son parfum se mêlait à celui de l'alcool qu'ils partageaient, quel moment agréable, un moment qu'il ne souhaitait nullement voir cesser, les fantômes qui le hantaient habituellement avaient fait leur valises pour la soirée et quittait son esprit au fil des gorgées de Whisky qu'il prenait. La présence de la jeune femme à côté de lui l'apaisait, déjà qu'il avait constater avec franchise qu'elle avait un regard à faire fondre, et c'était vrai, ses yeux étaient magnifiques, sans doute les plus beaux qu'il n'avait jamais vu, et puis, sans doute était-ce le whisky, mais elle avait un visage d'ange.
C'est alors que le compliment de la jeune femme vint le frapper de plein fouet. Pourquoi donc soudainement ce genre de réplique le touchait? Si l'alcool n'était pas là sans doute aurait-il prit peur et aurait-il fuit cet appartement maudit, pas que les compliments des femmes l'effrayaient, non, surtout les compliments de cette fille en question. Il lui lançait alors un regard intense, qui n'avait d'intense que la couleur de ses yeux, car en vérité, il ne pensait strictement à rien, il appréciait la fraîcheur qui entrait par les fenêtre ouverte, la fraîcheur de son verre de whisky dans sa main et les merveilleux sourire d'Anna. Il perdait pied, il se noyait définitivement s'en était terminé. Sans dire un mot, bien qu'il en mourrait d'envie, il prit une gorgée de son verre de whisky, se dernier allait lui donner la fougue de briser le silence étrange qui s'était installé entre eux, une sorte de malaise qui n'en était pas un. Et puis zut, pourquoi réfléchir.
« Cessez de sourire comme cela, vous allez...M'envoûter. » fit-il alors, un peu dans le vague. Le temps semblait ne plus avoir d'importance, d'ailleurs, depuis quand la fenêtre était-elle ouverte? Aucune idée, mais c'était une bonne idée, et puis, où en étaient-ils. Leur verres, vides? C'était en tout cas ce que constatait Anna.
« Quelle catastrophe... »fit-il alors, et ni une ni deux, Anna remplit à nouveau leurs verres se qui le fit sourire, il mourrait de soif comme si il n'avait plus bu depuis des jours et il porta à nouveau son verre à ses lèvres. La brume...Encore la brume.

Il sursauta soudainement lorsqu'un bruit vint d'à côté de lui, se tournant vers Anna il l'a vit porter sa main à ses lèvres. Un hoquet? Il devait lui faire peur.
« Vous m'avez fait peur ! » fit-il alors, sa voix n'avait absolument rien d'agacer et encore moins de sérieux, il rit comme jamais, mais trouva rapidement le calme, et un sourire aux lèvres il poursuivit «  Comptez sur moi, mademoiselle Feguson ! » et il lui sourit, qu'est-ce qu'elle avait à le regarder comme ça? Et lui, qu'est-ce qu'il avait à la dévorer des yeux? Cette situation lui donnait envie de rire, oui, rire à gorge déployer, c'était drôle finalement, la vie était drôle.
C'est alors qu'Anna parlait de crêpe, il mit au moins cinq secondes avant de comprendre la référence. Elle parlait certainement de l'homme qui s'était jeté du troisième étage tout à l'heure, à oui... Il avait sauté, comme ça, pouf et puis plus rien.
«  Il a manqué une marche... Ou plusieurs...Et puis...Pouf. » il marque une brève pause. «  Il s'est écrasé...Comme une mouche. » il clapa des mains pour bien accompagner ses propos, notamment le terme écrasé. La scène était comique, il voyait l'homme se jeter avec joie du haut du troisième étage et s'étaler joyeuses sur le sol comme une crêpe...Oui, il sourit, amusé.

« En plus, j'adore la confiture de fraise. » ce n'était pas vrai mais bon, quant à dire des bêtises... Il bu encore une gorgée, s'enfonçant encore plus dans les méandres de l'alcool. «  C'était peut être du ketchup, comme dans les films... » fit-il alors, comme sortant d'une grande réflexion.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 1:19

Ahh les bienfaits du whisky ! La jeune femme se sentait bien, si bien qu’elle ne se posait même plus la question du ‘est-ce que je continue à boire’ ? Maintenant elle avait la ferme intention de continuer jusqu’à ne plus avoir soif… Ce qui n’était pas encore prêt d’arriver étant donné son état, et celui d’Adrian ! Elle ne put d’ailleurs empêcher son sourire de s’agrandir lorsqu’Adrian lui demanda d’arrêter. Non pas par méchanceté, mais parce qu’elle allait finir par l’envoûter. Mais qu’est-ce qu’elle y pouvait ? Le premier à avoir souri, c’était lui.

- « C’est vous qui avez commencé. » Répondit doucement la jeune femme en baissant légèrement les yeux pour dissimuler son sourire, avant d’en venir aux paroles suivantes. Heureusement, elle n’était pas la seule à rire stupidement. Adrian semblait s’en donner à cœur joie lui aussi ! C’était bon de se sentir… ainsi. Impossible d’expliquer ce sentiment de sérénité, de paix et de gaîté du probablement à l’alcool et l’ivresse. Anna avait ce que l’on appelle l’alcool joyeux. Et apparemment, Adrian aussi, ce qui devait les rendre encore plus gais. Elle riait à tout. À son hoquet, lorsqu’Adrian affirma avoir eu peur, lorsqu’il accepta de faire peur à Anna si elle avait un nouveau hoquet… La situation en elle-même était comique, tout ce qui venait de se dérouler l’était. Elle n’arrêtait pas de fixer le regard, et le visage de l’homme qu’elle avait juste à coté de lui, sur le canapé. Ah oui, c’est vrai, elle s’était mise aussi sur le canapé. Il était réellement plus confortable que le fauteuil. La psychologue avait l’impression que la chaleur faisait basculer doucement sa tête d’arrière en avant. À moins que ce ne soit sa tête qui tente de tomber et qu’elle la rattrape à chaque fois pour la remettre droite ? Ce petit manège dura quelques secondes, jusqu’à ce qu’elle commença à se moquer du pauvre cadavre. Et pour son plus grand bonheur, Adrian était rentré dans son jeu. La jeune femme riait à ses blagues un peu plus fort, s’imaginant la scène en décochant un sourire. Lorsqu’il déclara que cette confiture de fraise était peut-être en réalité du ketchup, elle se calma, et sembla elle aussi pensive. Ils étaient sur la même longueur d’onde, ça alors !

- « Le retour de la crête au ketchup, façon superman. » Lâcha-t-elle en buvant la dernière gorgée de son verre. Elle reporta ensuite le transparent à ses lèvres, leva le verre, puis remarqua qu’il n’y avait plus rien. Zut alors, ni une ni deux elle s’empara de la bouteille pour verser le contenu dans son verre, puis rempli celui d’Adrian sans même avoir pris le soin de vérifier s’il en avait encore ou non. À peine le liquide arrivait au ras bord du verre du maire adjoint, la jeune femme remarqua que la bouteille était vide. Ca alors, depuis tout à l’heure, sans s’en rendre compte, ils avaient sifflé toute la bouteille de whisky aussi !

- « Notre dernier ! » Lança Anna en levant son verre, « Ça mérite une chanson. Attends, la première qui me vient....» - Elle réfléchit un court instant, puis se lança. « C’eeest… à boire à boire à boiiireuuuh… C’eeeest… à boire qu’il nous faaaaut ! » Chanta la jeune femme sans vraiment savoir si elle avait fredonné, ou si elle avait chanté à haute voix. Elle avait leva la tête vers le plafond, pensant honorer ce dernier verre avec cette chanson. Et zoup, elle bu une gorgée de whisky. Mais à peine eut-elle le temps d’avaler, que des bruits sourds retentirent dans le mur. Elle eut un hoquet de surprise et de peur, mais rien de grave, le voisin s’excitait contre son mur.
La jeune femme plongea ses yeux dans ceux d’Adrian, elle esquissa un petit sourire d’enfant qui se retenait de rire. En même temps, ses yeux, lorsqu’ils ne tentaient pas de dévorer ceux du maire adjoint, disaient ‘oups, le voisin il est pas content.’. Et elle pouffa de rire, d’une manière assez forte pour que le voisin se mette à crier ‘faites moins de bruit !’ de l’autre coté du mur, tout en frappant ce dernier.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 1:51

Superman, il cru recracher son whisky mais il lui restait encore suffisamment de dignité pour ne pas le faire, aussi, il n'eut qu'un bref hochet avant d'avaler la gorgée qu'il avait en bouche, puis il se mit à rire des paroles de la jeune femme, ça avait quelque chose d'amusant de penser qu'un homme s'était tué en se prenant pour un super héros. Il rit, essayant malgré tout de tenir son verre suffisamment droit pour garder le peu de liquide qu'il restait dedans et non sur la moquette. Depuis combien de temps était-il là à boire avec elle? Il n'était même plus capable de lire l'heure de toute façon alors il s'en fichait, il pouvait être minuit, une heure, quatre heure, quel importance? Il était bien, il avait soif et il s'amusait bien.
« Nooooon monsieur McAdams! » commença-t-il. «  Les hommes, ça ne sait pas voler ! » il eut un fou rire en même temps que son hôte qui visiblement avait du mal à tenir en équilibre même assise. Pour sa part, pour l'instant tout allait bien, ses pieds étaient bien enraciné dans le sol, mais il savait que si il se levait le monde viendrait à tourner autour de lui tel un manège sans fin et là, les murs ou n'importe quoi d'autres devraient être là pour le rattraper et le soutenir, c'était toujours comme ça quand il buvait trop, et là, au cas où personne ne l'aurait remarqué, il avait bu à outrance.
Son verre était vide, considérant le verre de sa voisine il fit remarquer que c'était réciproque et ni une ni deux elle se jeta sur la bouteille...Une bouteille presque vide ! Catastrophe... Il restait à peine de quoi remplir leur deux verres. Notre dernier fit Anna et elle suggéra de chanter une chanson. Il applaudit la prestation de la jeune femme quand soudain, un bruit violent se fit entendre sur le mur puis une voix enragé leur demandait de se taire. Et d'une spontanéité déconcertante, d'un naturelle toujours aussi élégant, Adrian rétorqua en criant encore plus fort.
« Oooooh ta gueeeeeule ! » il marque une pause «  Tu vois pas que la demoiselle chante !!! » et il reprit les paroles de la chanson de plus belle.
« Il est pas sympa votre voisin, vous croyez qu'il a du Whisky? » fit-il alors en riant. «  Peut être qu'il pourrait le partager avec nous. » Évidemment c'était des paroles en l'air. Il s'était levé pour chanter près du mur exprès pour ennuyer le voisin, n'avait même pas pris la peine de taper un coup dessus. Puis, après avoir suffisamment provoqué le voisin, il se tourna vers son hôte en attendant sa réaction puis vint se rasseoir tant bien que mal à côté d'elle, ne calculant pas trop bien où il allait se poser il vint s'asseoir proche de la jeune femme, plongeant ses yeux dans les siens.

« Je m'amuse bien avec vous ce soir mademoiselle Feguson ! » fit-il alors d'une voix empreinte d'enthousiasme et pas certaine du tout. «  On devrait faire ça plus souvent ! »
Il marque une pause, un bref silence, finalement, même assit désormais l'équilibre lui semblait incertain, il vacillait dans tout le sens, à moins que ça ne soit sa vue qui lui joue des tours, oui, ça devait être ça. Le maire adjoint pris son verre et but une gorgée d'un coup de coude vide, avalant sans effort le liquide pourtant brûlant, comme si désormais, pour lui ce n'était rien de plus que de l'eau froide qui le désaltérait. Il s'appuya alors sur le canapé, se penchant encore plus près de la jeune femme, la regardant avec insistance.

« Vous savez pourquoi, de toute façon, j'aurais pas pu coucher avec Malika? » pourquoi parlait-il de ça? Vous vous posez encore des questions sur son état? Il attendit la réponse d'Anna avant de continuer. «  Parce que vous m'énervez. » fit-il alors «  Vous ne voulez pas sortir de ma tête. D'habitude, pouf.... les visages ils s'en vont comme ça, tout seul, mais vous, non, vous vous accrochez...Comme une sangsue! Oui c'est ça... Une sangsue.... ». Et il bu à nouveau une gorgée de son verre, la dernière cette fois car son verre était désormais complètement et définitivement vide.

« Et puis ces types là, qui vous tourne autour, ça m'énerve aussi ça, vous savez? »

Il lança alors un coup d'oeil à son verre, le levant au niveau de ses yeux avant de lancer.
« Merde, il est vide ! » puis, essayant avec difficulté sur la table, il y parvint finalement et lançant un regard à sa voisine, il éclata de rire, sans raison, les nerfs peut être, ou l'alcool. Ou les deux?

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 2:37

Citation :
« Nooooon monsieur McAdams! Les hommes, ça ne sait pas voler ! »

Ca y’est. Anna venait d’éclater de rire devant Adrian. Il n’en fallait pas plus, sa main tremblait et menacer de faire tomber des gouttes de whisky sur le canapé. Chose qui, heureusement, n’arriva pas. Elle finit par se calmer, et but une petite gorgée de whisky. Le drame des verres vides arriva ensuite, et elle arrangea ce problème par l’arrêt de mort de la bouteille. Elle était vide mais il fallait une fin à tout. Et puis ils étaient assez bien arrangés pour continuer une bonne partie de la soirée encore. Ce canapé était si confortable, l’ambiance tellement joyeuse et l’atmosphère chaude, si chaude. La jeune femme se souvint des quelques lueurs qui régnaient lorsqu’ils étaient rentrés dans cet appartement. Maintenant, la nuit était totale dehors, si l’on escomptait les lampadaires brillants. Plus aucun bruit ne survenait dans les rues, les seuls êtres bruyants ici étaient les deux individus complètement saouls, qui chantaient et criaient dans un appartement. De qui je parle ? Du maire adjoint et de la fille du maire, bien évidemment. Mais ils s’en fichaient totalement, seul le moment présent comptait, ils voulaient s’amuser. Anna se sentait heureuse qu’Adrian reprenne les paroles de sa petite chanson. Chouette, il la connaissait ! Elle en voulait au début à ce voisin de l’avoir coupé dans son élan, mais il fut aussitôt remis en place par le fabuleux maire adjoint. Ces paroles parurent magnifiques aux yeux de la jeune femme, qui n’en pouvait plus. Elle était pliée sur le canapé, se tordant de rire en observant Adrian chanter au mur pour embêter le voisin. Se tenant les côtes, elle riait à gorge déployée comme jamais. Cette situation, l’ambiance et son état étaient tellement comiques, cet homme n’arrangeait en rien les choses. Elle n’avait pas la force d’accompagner Adrian dans la chanson tellement elle riait. Des larmes coulaient sur ses joues rouges et ses yeux brillaient de malice, elle pleurait de rire. Elle tenta de se calmer un instant, mais le maire adjoint se tourna vers elle. Rien que cela provoqua un hoquet chez la jeune femme. Mais lorsqu’il lui demanda si le voisin possédait du whisky chez lui, Anna repartit dans son fou rire. Fou rire qui dura encore quelques secondes, jusqu’à ce que l’homme revienne s’asseoir à coté d’elle. Elle n’avait même pas pu lui répondre.

- « Oui… Beaucoup plus souvent ! »

Anna renifla, elle inspirait et expirait bruyamment tellement elle était essoufflée. Levant son whisky elle finit son verre, puis le posa sur la table du salon. Ca de moins à porter ! La jeune femme essuya ensuite ses larmes avec le dos de ses mains, puis poussa un petit gémissement pour se remettre de ses émotions. Elle était en train de se calmer lorsqu’Adrian l’observait, faisant de même avec lui. Ils étaient beaucoup plus proches maintenant, autant sur le plan caractérielle, que physique. Elle sentait l’odeur de l’homme, de son parfum pour homme mélangé à la douce et fraîche odeur du whisky. Et elle ne trouvait pas ça désagréable du tout. Il engagea la discussion, en parlant de Malika. Allait-il gâcher ce moment pour parler encore de choses fâcheuses ? Non, car vu la manière dont c’était tourné, et la différence de leurs états d’esprit par rapport au début de la soirée, Anna le sentait bien cette fois.

- « Dites moi ? » Demanda-t-elle curieusement. Oui elle voulait savoir, elle voulait une vraie réponse, une réponse sincère, mais surtout une réponse qui ne la déçoive pas. Son calme était presque revenu entièrement. Adrian commença par avouer qu’elle l’énervait. Chose dont la jeune femme se doutait étant donné leur comportement l’un envers l’autre lorsqu’ils sont à peu près normaux. Puis il ajouta quelque chose de beaucoup plus intriguant. Elle ne voulait pas sortir de sa tête ? Il ne voulait pas la laisser partir ? Déjà, la jeune femme mit un certain temps avant de comprendre que c’était une métaphore. L’alcool, sûrement.

- « Pouf… » Répéta-t-elle, le regard dans le vide. Ca alors, ce qu’il disait, elle avait l’impression de vivre la même chose ! Enfin presque. Comme lui, il y avait une tête qu’elle n’arrivait pas à chasser. Une tête qui ressemblait d’ailleurs drôlement au maire adjoint. Oh mais… C’était bien la sienne ! Lorsqu’il ajouta que voir d’autres hommes au coté d’Anna l’énervait encore plus, elle fixa les pupilles brunes de l’homme.

- « On est maudit, c’est ça ? Je n’ai pas arrêté de vous regarder, quand vous étiez avec elle. Et quand elle vous a embrassé, j’ai eu mal, vous savez. » Lâcha-t-elle d’une voix légèrement enfantine. « Monde cruel. » Conclut la jeune femme avant de voir le verre se lever devant le nez d’Adrian, et le sien par la même occasion. Lui aussi il était vide.

- « Monde cruel. » Répéta-t-elle pour appuyer les dires du maire adjoint.

L’instant d’après, Adrian éclatait de rire. Comme par magie, toutes les barrières du calme temporaire de la jeune femme s’évaporèrent. Elle fut reprise d’un fou rire, entraînée par celui de son voisin. Ce soir là, elle était bien. Rire à gorge déployée était un luxe qu’elle ne pouvait s’offrir que rarement, comme celui d’être ivre.
La jeune femme eut un grand moment de détresse dans son rire, lorsqu’elle vit son appartement basculer autour d’elle. Ses épaules partirent sur le coté avant de toucher le torse d’Adrian. Lorsqu’elle s’en rendit compte, elle se remarqua également qu’elle avait la tête sur une épaule du maire adjoint. Elle aurait pu rester, si elle ne s’en tenait qu’à ses envies. Mais elle se redressa aussitôt, riant toujours, bien que ce soit un peu moins, et la mine d’une personne qui vient d’atterrir.

- « C’est moi où le bateau a tangué ? » Lâcha-t-elle en regardant autour, espérant voir des dauphins ou peut-être le mat du navire ? La jeune femme cligna plusieurs fois des yeux, se frotta les paupières avec les mains, puis rouvrit les yeux pour poser son regard sur le maire adjoint. Son rire avait à nouveau disparu, maintenant elle l’observait toujours avec un petit sourire rêveur et niais.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 13:00

Qu'avait-elle a rire comme ça? Avait-il dit quelque chose de drôle...Mais au juste? Qu'avait-il dit au fait? Il se souvenir qu'un type avait frappé contre le mur, qu'il lui avait crier de la boucler car il gâchait la chansonnette de Anna, puis il avait chanté à son tour, puis plus rien. Plus un bruit n'était venu perturber leur magnifique soirée, car pour être magnifique, elle l'était. Il observait la jeune femme rire aux éclats d'un air dubitatif avant d'en faire de même, il riait sans aucune raison, peut être que c'était elle qui le faisait rire. Mais depuis quand? Sans doute depuis qu'il avait flûté à lui tout seul une demi bouteille de scotche et une demi bouteille de Whisky, oui oui, ça devait être ça.

Il s'était assit à côté d'elle, reprenant son dernier verre, cette fois, c'était décidé, il allait le savourer, parce que c'était le dernier...Le dernier d'une longue, très longue série. Ce n'est pas qu'il avait décidé d'arrêter – il n'en avait plus la volonté ni la raison – mais la bouteille était tragiquement vide, vide éventrée, vidée de son précieux liquide cristallin au goût si doux et si salvateur. Il ressentait un réel apaisement à chaque gorgée qu'il buvait. Il sourit lorsque la jeune femme lui confirmait qu'ils devraient faire ce genre de soirée plus souvent, c'était clair que ça leur éviterait de se taper sur la figure à longueur de journée ça évitait aussi les sarcasmes, et puis, il l'a trouvait étonnement jolie lorsqu'elle riait aux larmes comme elle l'avait fait. Puis voilà, c'était le silence. Non pas qu'il n'avait plus rien à dire mais que l'alcool l'empêchait de le dire. Le maire adjoint avait alors parlé de Malika, du fait qu'il ne pouvait pas s'empêcher de penser à Anna sans cesse et que ça l'avait profondément énervé de la voir au bras d'un autre type pendant le gala mais qu'il n'en avait rien dit. Qu'est-ce qui lui avait pris de dire ça? L'alcool avait aussi sur lui les effets d'un sérum de vérité?
Il écoutait alors la réponse d'Anna avait une attention déconcertante. Elle a eut mal quand Malika l'a embrassé? Il cru rire tellement ces mots semblaient irréels et tout droit sorti de son imagination malade et embrumer de vapeur d'alcool. Monde cruel, oui, monde cruel, c'était le cas de le dire. De toute façon, s'était hors de question de tenter quoique ce soit avec la fille de maire, et ce même avec 5 grammes d'alcool dans le sang, et puis, c'était l'alcool qui le poussait à dire ça, oui, toujours l'alcool. Son verre était vide, il était temps de commencer l'atterrissage, peut être douloureux.

Et une fois encore, ils se turent, comme si la pénurie d'alcool avait jeté un froid, la nuit était désormais bien là – ou peut être le début du matin il ne savait pas vraiment – plus grand bruit ne venait de l'extérieur comme si la ville s'était finalement endormit et qu'il ne restait qu'eux pour assurer l'ambiance. Le ciel dégagé pouvait laisser transparaître de nombreuses étoiles et ce malgré les lampadaires de la ville, la lune quant à elle, régnait en maîtresse absolue dans le ciel nocturne.
« Vous savez quoi? J'ai une idée ! » fit-il alors avec fierté, alors qu'il avait du mal à se tenir droit même assit. «  Je vous promet que je ne vous ferai plus jamais de mal.... Enfin, j'essayerai quoi... » il riait en disant ça, comme si les paroles de la jeune femme n'était en vérité qu'une blague et qu'il avait bien du mal à y croire. «  Vous êtes d'accord? » demanda-t-il. Puis, sans aucune raison apparente il l'a pris dans ses bras d'un une étreinte réconfortante, c'était très court juste le temps de pouvoir effacer l'idée qu'il lui ait fait du mal, puis se redressant, il eut les yeux dans le vide, comme définitivement noyé dans le flot alcoolique. S'est alors que la tête de la jeune blonde vint s'échouer sur son épaule, une étrange sensation parcouru l'échine du maire adjoint , il pouvait sentir le doux parfum de la jeune femme, mais aussi le shampoing qu'elle avait du utiliser pour ses cheveux, le tout mêlé à la subtil odeur de whisky mélangé à ce qu'il restait de scotche, un sourire bizarre apparut sur ses lèvres. Pas ce genre de rictus auxquels il avait habitué ses connaissances, non, un sourire vide, dépourvu d'hypocrisie, de stress ou de méchanceté, comme si la terre s'était arrêté de tourner pendant quelques minutes. Puis, enfin, elle se redressa – difficilement certes- en riant avant de lui demander si le bateau ne commençait pas à targuer. Il éclata de rire sans aucune raison avant de s'exclamer.
« Une femme à la mer, une femme à la mer ! » il essaya de se lever, en vain, car dés l'instant où il se décolla du canapé, un terrible élan le poussa à se rasseoir dessus, une perte soudaine d'équilibre et pouf, il était à nouveau fesses contre canapé, dos contre canapé aussi d'ailleurs, car tenir droit dessus était simplement plus possible, affalé de tout son long sur le dossier de celui-ci, il le trouvait soudain très confortable. Peu avant il avait retiré sa veste de costume estimant que la chaleur de l'appartement n'était plus supportable et l'avait posé sur l'accoudoir à côté de lui, mais il s'en fichait totalement, qu'il était terriblement bien ce canapé.

« Je coule... » fit-il alors, clignant plusieurs fois des yeux en soupirant.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 14:12

Fou rire passé. Elle n’avait pas la moindre idée de ce qui déclenchait ces crises de folies, mais c’était drôle en tout cas ! La jeune femme avait lancé un regard étonné à Adrian lorsque ce dernier promit de ne plus lui faire de mal. Quoi, il se moquait ? Elle avait été très sérieuse pourtant, en disant… En disant quoi déjà ? Étrange comme elle parvenait déjà à oublier des éléments de la soirée, elle espérait pouvoir au moins s’en rappeler le lendemain matin. Oui, des soirées aussi bien, il fallait s’en rappeler ! Mais c’était mal parti pour le moment. La jeune femme leva la main, et serra le poing avec force avant de répondre sur un ton enjoué.

- « Soyons fou ! Et moi je ne vous ferais plus croire que je suis une dévergondée ! Promis ! »

Voilà, de belles promesses, mais est-ce qu’elles seront respectées ? À vrai dire, la jeune femme se rendait de moins en moins compte de ce qu’elle disait. Elle avait l’impression que l’état d’euphorie la gagnait peu à peu, comme si ce n’était plus elle qui dirigeait son corps, mais la partie de sa personnalité la plus délirante, la plus osée, la plus à l’aise. C’était évidemment du à l’alcool, et en regardant bien Adrian, elle devinait facilement qu’il était dans le même état qu’elle. D’ailleurs, la jeune femme eut la surprise de se retrouver un court instant collé contre lui après leurs promesses. Elle en eut les larmes aux yeux, bien qu’elle était totalement incapable de dire pourquoi.

- « Vous allez me faire pleurer. » Avoua-t-elle lorsqu’il la relâcha. Pourtant, elle aurait aimé qu’il recommence. Elle se serait volontiers offert elle-même une étreinte, afin d’être à nouveau en contact du torse masculin de son voisin. Afin de sentir son souffle sur ses cheveux, sensation agréable sur laquelle elle s’était focalisée. Son visage était rouge. Par l’alcool, bien sûr. Peu de temps après, un moment de vertige la fit basculer sur le maire adjoint. Moment de vertige qui ne dura pas, et elle se remit droite en jetant la faute sur le bateau. Il y avait des bosses sur la mère, ahah ! Une tempête se déclarait, elle voyait les murs de son appartement balancer au rythme des vagues. La jeune femme ne put empêcher un petit rire lorsqu’Adrian cria ‘une femme à la mer !’. Elle leva la tête vers ce dernier, les yeux à nouveau remplis de malice, comme à chaque fois qu’elle riait de bon cœur. L’homme tenta par la suite de se lever, et Anna s’écarta de bon cœur pour lui faciliter ce mouvement. Mouvement qui tomba à l’eau, parce qu’il retomba aussitôt sur le canapé. Affalé, le visage levé vers le ciel, il avait échoué sa tentative et s’en retrouvait presque mort. La jeune femme poussa un nouveau petit rire lorsque le maire adjoint murmura qu’il coulait.

- « Naaaoon ne me quittez paas » S’exclama-t-elle en se jetant presque sur lui. Elle voulait simplement lui prendre les bras, histoire de le soulever et de le remettre droit, mais le simple fait de se pencher lui fit perdre l’équilibre à elle aussi. La seconde suivante elle était affalée sur lui, poitrine contre son torse, le visage à la même hauteur que le sien. La jeune femme le regarda d’un air ahuri, l’air de dire ‘qu’est-ce qu’il s’est passé ?’. Elle laissa un court instant de réflexion lui rappeler pourquoi elle était dans cette position, et se surprit à ne plus vouloir partir. Elle était bien, là… Il était si proche, elle pouvait même toucher son nez avec le sien, elle pouvait plonger ses yeux dans le regard ténébreux dans cet homme.

- « Il faut… Que ce soit inoubliable. » Murmura la jeune femme en fixant toujours Adrian. « Vous êtes gravé dans ma tête, vous aussi… Il ne manque plus que sur le corps ! » Fit-elle ensuite, sa tête balançant légèrement de gauche à droite, signe de son petit manque d’équilibre. L’une de ses mains était pendue dans le vide, se laissant tomber à coté du canapé, tandis que l’autre était posée sur le haut du torse d’Adrian, et tripotait sa cravate sur sa.. Chemise ? Oh, mais quand avait-il enlevé sa veste ? Les yeux remplies d’idées et d’excitation, Anna esquissa un petit début de sourire enthousiaste, le regard toujours posé sur le visage du maire adjoint. Elle était prête à tout ce soir là, pour ne jamais oublier un seul morceau de la soirée !

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 15:08

Tout s'était alors mis à tourner. Il avait chaud, soif et commençait lentement à fatigué, les souvenirs de la soirée semblaient s'évanouir dans son esprit embrumé, cependant, il essayait tant bien que mal de les rattraper mais en vain. Cette soirée était magique, ne serait-ce que pour le nombre de fois où il avait rit de bon coeur avec elle, et puis cette brève étreinte spontanée avait simplement été un moment de bonheur, à moins que ça ne soit l'euphorie du Whisky qui lui fasse penser ça... Sans doute.
« Oh, non, ne pleurez pas ! » fit-il alors quand la jeune femme lui fit qu'il allait la faire pleurer si il continuait ainsi. «  Sinon, on va se noyer définitivement. » conclut-il, sa voix était las, fatiguée et encore une fois empreinte d'alcool. Il avait désormais le tournis, puis, essayant de se lever, il retomba aussitôt sur le canapé comme si soudainement il avait été bien trop lourd pour se tenir debout, comme si sa tête avait pris dix kilos, comme si le sol était en mousse. A moitié couché sur le canapé, il ne pu admettre sa défaite, il coulait, encore et encore, chose à laquelle Anna répondit qu'il devait rester avec elle, si encore elle avait simplement dit ça avec conviction... Non, elle s'était aussi jeté sur lui, pour lui prendre le bras bien sur, mais l'incertitude de ses gestes et son manque d'équilibre la fit chuter...Sur lui.
Catastrophe. Il pouvait sentir la chaleur de la jeune femme contre lui, jamais il n'avait eut un tel contact avec elle et même si il était habitué à ce genre de chose d'habitude, là, s'était différent, face à face, ils se regardaient un silence, son visage proche de celui de la fille du maire, il sentait son parfum, un parfum envoûtant. Ses yeux étaient aussi bleu que la mer dans laquelle il se noyait. Aurait-il souvenir de cet instant demain? Sûrement pas malheureusement. Il sentait le souffle de la jeune femme, un souffle chaud dont il n'était même plus capable d'en sentir les vapeurs d'alcool tant lui aussi était dans un état pitoyable. Leur nez pouvait même se toucher tant leur proximité était à son paroxysme, il ne voulait plus la laisser partir, il était bien là, avec elle contre lui, pire même, il mourrait d'envie de l'embrasser, un simple contact sur ses lèvres si proches des siennes, juste un. Mais non, de toute façon, il ne s'en souviendrait pas, il oublierait, à quoi ça servirait? Le maire adjoint s'en serait contre fiché si il s'agissait d'une autres femmes, oublier un baiser était si...banal.
Non, c'était juste parce que c'était elle.
Il faut que ça soit inoubliable, avait-elle dit, ils étaient alors hypnotisé, ne pouvant plus se défaire du regard l'un de l'autre, refusant de se détacher l'un de l'autre. Oui, elle avait raison, ce moment ne devait pas être oublier, ne devait jamais l'être. Pourtant, ses yeux partirent sur le côté, en direction de la petite table et une soudaine idée lui traversa l'esprit, le maire adjoint considéra à nouveau la jeune femme couchée sur lui et souriant, il s'exclama.
« J'ai trouvé » puis, sans autres formes de procès, il tendit le bras vers la table en point en direction de ce qu'il avait justement trouvé. Un marqueur avec de l'encre indélébile, il était rarement possible de faire disparaître ça en quelques jours, souvent, l'encre restait une semaine, voir deux, pire parfois trois si il avait bien été imprégné. Un sourire malicieux sur les lèvres il lança un regard pétillant à la jeune femme.
« Donnez moi votre bras. » fit-il alors et lorsque la jeune femme le lui tendis, il le pris délicatement écrivant «  I love Adrian » remplaçant le « love » par un coeur, en grand caractère sur le bras de la jeune fille. Il éclata de rire .
« Là, vous ne risquez plus d'oublier. » fit-il alors en lui faisant un clin d'oeil.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 15:41

Et pourtant, elle n’était pas contre le fait de se noyer définitivement. Qui est-ce que cela dérangerait ? Peu importe, tant que cette soirée durait, et qu’elle restait avec lui. Elle se sentait si légère et si libre, si bien en cet instant magique qui ne devait jamais s’arrêter. Affalée sur Adrian, dans une position telle qu’elle ne voulait surtout pas bouger. Elle tripotait machinalement la cravate de l’homme, concentrée sur la chaleur qu’il dégageait, ou bien qu’elle-même dégageait. Elle sentait le souffle frais de ce dernier sur son nez, et clignait elle aussi plusieurs fois des yeux. Était-ce là un rêve ? Un rêve éveillé, comme jamais elle n’en avait jamais fait. Pourquoi fallait-il l’aide de l’alcool pour exaucer les rêves les plus fous ? Ne pouvait-on pas rire sans l’alcool ? Allait-il devenir indispensable ? Non, parce qu’elle allait tout oublier, qu’elle le veuille ou non. Anna ne voulait pas oublier cette soirée, elle aurait été capable de regarder Adrian de longues minutes encore, complètement absorbée par les pupilles brunes de ce dernier. Si elle continuait ainsi, sa tête se ferait de plus en plus lourde, et elle descendrait petit à petit jusqu’à ce que leurs nez ne soient pas les seuls à se toucher, sur leur visage. Mais elle s’en fichait, elle allait rester là, jusqu’à ce que sa nuque n’ait plus la force de supporter sa tête, jusqu’à ce qu’elle fasse le dernier mouvement de fatigue, et de bonheur.

Ses pensées furent interrompues par un mouvement des yeux d’Adrian. La jeune femme tourna le regard dans la même direction, puis elle se releva légèrement pour le laisser prendre le feutre qu’il y avait sur la table. Qu’avait-il trouvé ? Son regard pétillant, brillant d’une idée dont il était fier, se reposa sur elle. Elle obéit à son ordre et releva son bras qui pendait pour le poser sur le torse de l’homme. La jeune femme sentit le contact bien appuyé de l’encre dans sa peau, puis elle esquissa un petit sourire devant le ‘I ♥️ Adrian’. Quelle idée géniale ! Cela allait marquer leur soirée, ils ne risquaient pas de l’oublier ! Dommage que ce soit au feutre, elle pensa au court instant à la même chose au couteau, mais chassa cette pensée pour se reconcentrer sur le maire adjoint. Elle n’allait pas oublier, non, mais il n’y avait aucune raison pour qu’elle soit la seule à bénéficier de cela. Doucement, elle prit le marqueur et la main gauche d’Adrian. La psychologue appuya assez fort, pour être sûre que cela resterait gravé longtemps, très longtemps. Sur le dos de la main d’Adrian, elle grava ‘Anna ♥️’.

- « Vous avez une idée magnifique. » Murmura-t-elle ensuite, encore un peu ébahie par cette idée géniale, et par ce moyen extra ordinaire de se rappeler de cette soirée inoubliable. Car même s’ils risquaient de n’en avoir aucun souvenir, ils en garderaient des marques, c’était là le principal. La jeune femme releva les yeux, et posa son regard sur le cou du maire adjoint.

- « Ne bougez pas. » Fit-elle en appuyant l’encre sur le creux du cou de l’homme. Elle grava alors sur sa nuque, d’une magnifique écriture féminine ‘Anna F♥️REVER’. Elle afficha ensuite un sourire fier, heureuse de profiter elle aussi de cette idée. Mais... Et si cela finissait par s’effacer ? Peut-être l’idée du couteau n’était-elle pas si mal non plus, et elle tourna la tête. Elle rencontra la bouteille de scotche, puis de whisky, les deux verres, puis… la table.

- « Je sais comment garder une preuve, pour toujours. » Finit-elle par dire.

Anna tenta de se redresser, chose plutôt difficile étant donné l’effort qu’elle devait fournir pour ordonner à ses membres de la soulever. Comprenant que l’alcool lui avait offert une tonne en plus, elle du s’appuyer au dossier du canapé pour réussir finalement à se redresser, se décollant avec déception du maire adjoint. Elle aurait aimé rester sur lui, mais l’on va dire que c’était la bonne cause, et c’est ce qui la motivait. La jeune femme resta un court instant immobile, clignant plusieurs fois des yeux pour tenter de stopper les murs qui bougeaient autour d’elle. Elle réussit finalement à stagner un peu plus ce bateau qui tanguait, puis elle se pencha au dessus de la table. La psychologue prit les deux bouteilles et les posa sur le sol. Elle fit de même avec les verres, avant de rapprocher la table d’elle. Tout cela d’une manière un peu hésitante, car on ne peut pas dire qu’elle avait les yeux en face des trous. Le marqueur en main, elle commença à graver en grand, c’était plutôt du coloriage, et en appuyant bien fort sur la table de bois clair : ‘Adrian + Anna = ♥️’. Tout cela dans un grand cœur évidemment. Ce dessin prenait toute la table en place, il fallait être aveugle pour ne pas le voir.

Elle contempla son œuvre avec fierté, puis tourna la tête vers Adrian.

- « La table, elle était à ma maman. Je la garderais toujours comme ça. » Lâcha-t-elle. Effectivement, cette table de chevet était un ‘héritage’ de famille. Disons simplement qu’elle avait récolté une moitié des biens qui venaient de sa mère, et cette table en faisait parti. L’autre moitié était évidemment à son père. Anna tendit le marqueur au maire adjoint, le fixant de ses yeux bleus.

- « Je peux avoir encore un autographe ? »

C’est vrai ça, lui en avait deux, et elle un seul. Quelle injustice, franchement.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 20:14

Il était étrange de l'observer ainsi, l'alcool faisait décidément vraiment des miracles, non seulement il faisait taire ses sarcasmes – et ceux de la jeune femme par la même occasion- mais en plus ils leur permettaient de se trouver dans cette situation pas désagréable. Oui, il aurait aimé que l'alcool ait aussi effet sur le temps et qu'il fasse cesser ce dernier qui les poursuivait sans relâche, hélas, ce n'était que lubie, un rêve ou une utopie, et pour ça même ivre, il savait se ramener sur terre, enfin presque.
Elle avait eut une idée, rendre cet instant inoubliable, tout à faire d'accord, ce qui se passait pour l'instant était trop beau pour que les méfaits de l'alcool ne l'entraîne avec eux lorsqu'ils se dissiperont. Il avait réfléchit, tant qu'il pu d'accord mais il avait réfléchit quand même quand finalement, son regard avait croisé un indélébile posé sur la table, le feutre relativement efficace et difficilement effaçable, noir jais de surcroît. Alors il avait sourit et avait tendus son bras de manière à l'attraper et avait écrit sur le bras d'Anna «  I love Adrian » en grand. Ils avaient alors rit et Anna avait trouvé l'idée géniale, si géniale qu'elle lui prit le marqueur des mains avec une douceur déconcertante puis, prenant l'une de ses mains, il sentit la froideur de l'encre noir s'introduire dans les pores de sa peau au fur et à mesure qu'elle écrivait, un grand sourire sur ses lèvres il résistait à l'envie nerveuse qu'il avait de rigoler, puis, lisant ce qu'elle avait noté il lui montra fièrement.
« Ah, là, je ne suis pas prêt d'oublier! » S'exclamait-il alors tout heureux. Puis finalement, la jeune femme récidivait, inscrivant la même note sur son coup, il eut un sursaut quand le marqueur toucha sa peau, ça chatouillait, à moins que ça ne soit agréable? Un sourit. Il savait que l'encre allait de toute façon s'effacer un jour ou l'autre. Après quelques semaines, tout au plus, et là, ils oublieraient. Le maire adjoint était alors pris d'un élan de mélancolie, oui oui, vu avez bien lu, décidément ce moment il y tenait comme à la prunelle de ses yeux, sans doute était-ce l'alcool qui le rendait sentimental.

C'est là que la fille du maire eut une idée merveilleuse, elle se leva ni une ni deux, pris un couteau et vint tant bien que mal s'agenouiller prêt de la table de bois, elle commença alors à écrire de la pointe de ce dernier, les morceaux de bois volant dans l'appartement avant de s'échouer sur le tapis du salon. Lui? Lui n'avait même pas la force de se lever, il s'était juste redressé sur le canapé pour voir ce que faisait son hôte, mais la tête lui tournait beaucoup trop pour, ne serait-ce qu'essayer- poser le pied à terre et s'appuyer dessus pour se lever. Pourtant, il fallait bien le faire pour pouvoir admirer le chef d'oeuvre de la jeune femme, se hissant hors du sofa , il s'avança d'un pas incertain vers la fameuse table dont elle venait de vanter l'ancienneté et sa détermination à ne jamais s'en débarrasser, à genoux à côté d'elle, le maire adjoint eut un large sourire en admirant l'oeuvre d'Anna, leur noms étaient à jamais gravé dans le bois, avec un coeur de surcroît. Qu'aurait-il pu espérer de mieux pour ne pas oublier. Il lui lança un regard plein d'affection, une envie irrésistible de la prendre dans ses bras tant ce geste le touchait. Mais il n'en fit rien, il lui sourit simplement avant de s'exclamer.

« Vous êtes géniale. » mais le sol étant bien trop inconfortable, il ne resta pas une minute de plus à côté d'elle et se hissa à nouveau sur le canapé. Poussant un soupir de soulagement au contact du doux sofa. Elle s'avança alors vers lui en lui tendant le marqueur, elle voulait un nouvel autographe. Très bien, un grand sourire aux lèvres il ria lui demandant de le rejoindre sur le canapé, avança le marqueur d'une pointe incertaine, son choix était fait et il posa la pointe du marqueur au niveau des clavicules de la jeune femme – bien qu'un peu plus bas – écrivant la même phrase que tout à l'heure, en grand, soulignant son prénom, puis, fier de son oeuvre il plongea à nouveau ses yeux dans ceux de sa voisine.

« Comme ça... » commença-t-il.  « Ceux qui oseront regarder par là, se souviendront que vous êtes à moi ! » et il éclata de rire, une rire nerveux mais terriblement salvateur. Cette soirée était merveilleuse, il en était désormais persuadé.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 22:19

On aurait dit des enfants qui s’amusaient avec un stylo. Si ce n’est qu’il manquait à cette scène l’innocence, et que le stylo n’était pas un simple bic mais un gros marqueur indélébile. Et également, que ces enfants allaient peut-être le regretter lorsqu’ils ‘sortiront de l’enfance’. Mais peu importait, Anna était heureuse à ce moment, et elle préférait ne pas penser à l’avenir. C’était une bonne méthode pour se ruiner le présent ! Et puis avec l’idée qu’avait eu Adrian, ils pourront se souvenir de ce moment merveilleux ! Lorsqu’à son tour, la jeune femme grava ses odeurs sur le maire adjoint, ce dernier déclara qu’il ne risquait pas de l’oublier. Ah ça non, et il n’avait pas intérêt ! Anna sentit qu’il n’était pas insensible au contact froid de l’encre noir. Mais elle n’avait pas le choix, si elle voulait que la trace se voie encore longtemps et que l’encre imprègne profondément la peau, il fallait appuyer ! La prochaine fois c’était décidé, ils iraient chez un tatoueur. Là il est clair qu’à moins de s’amputer un bras une jambe ou de s’enlever un morceau de peau, ils n’oublieront rien ! La jeune femme s’était ensuite entreprise à graver leur intense pacte sur la table. Ici, il y avait la preuve concrète de ce qu’ils avaient, de ce qu’ils avaient fait. Quelque chose de magique les reliait maintenant, par l’intermédiaire de cette soirée et de cette table ! Oui, c’est cela, ils venaient d’ensorceler cette table ! Par un pacte de promesses et d’amour sauvage entre les deux inconscients totalement ivres. Adrian avait tenté de se mettre à coté d’elle, mais il avait rapidement abandonné. Normal, vu la manière dont le bateau tanguait, la psychologue faisait des efforts inouïs pour réussir à marquer sur cette table ces cœurs et son œuvre. Elle tourna la tête vers le maire adjoint, lorsque ce dernier affirma qu’elle était géniale.

- « C’est grâce à vous, et à cette soirée ! » Répondit-elle avant de poser le couteau sur la table et de revenir sur le canapé, enfin !

Elle s’était relevée, puis avait aussitôt chancelé pour se retrouver sur le tissu confortable, juste à coté du maire adjoint. Ca alors, elle-même ne tenait plus debout ! Sa tête était si lourde qu’il lui suffisait de fermer les yeux pour sombrer, elle en était sûre. La fatigue, l’alcool, les émotions… La rendaient totalement euphorique. Elle ne pouvait s’empêcher de glousser à chaque fois qu’Adrian riait, bien que parfois elle ne sache pas pourquoi. La fille du maire tendit le marqueur à l’homme pour avoir un nouvel autographe. Il le prit et s’approcha d’elle. Anna afficha un grand sourire en découvrant l’emplacement de sa nouvelle marque. C’était un endroit purement stratégique, bien joué mister Clarkson.

- « Touchée. » Répondit Anna avec un sourire amusé, après que l’homme ait déclare qu’ainsi tout homme verra à qui elle appartenait, s’il osait s’aventurer un peu plus loin que les épaules. Sa peau frémit encore en sentant l’encre s’imprégner dans sa peau, et surtout à cet endroit particulièrement sensible, puisqu’il était proche d’un autre endroit encore plus sensible. Elle laissa échapper un petit gloussement, puis reprit le marqueur pour le lancer sur la table. Ils avaient assez de traces maintenant, ils étaient gravés ! La psychologue regarda son voisin, puis elle laissa échapper un murmure tout à fait sérieux.
- « Gare à la première qui posera ses mains sur vous, je le lui ferais regretter. » Avant de pouffer de rire après ce ton presque menaçant.

Anna se redressa ensuite. Elle clignait plusieurs fois des yeux à cause de l’alcool, et sentait sa tête s’alourdir encore plus. Si peu de temps semblait s’être déroulé entre le dernier verre et maintenant. Elle avait encore soif, mais n’avait même plus la force d’aller chercher quelque chose à boire, s’il y avait. Et puis, parviendrait-elle à boire ? Elle continua de fixer le maire adjoint avec une intensité de plus en plus forte. Elle se sentait comme attirée par ce regard ténébreux, et ce visage mystérieux. Sans s’en rendre compte, elle avait posé ses mains sur la chemise de l’homme, au niveau de son torse. Elle avait envie de s’avancer, de s’approcher davantage et de tenter quelque chose mais… Elle ne fit rien. Elle restait là, à le contempler, avec l’impression de fatiguer, elle allait s’endormir les yeux ouverts si elle continuait ! Sa voix brisa le silence, alors qu’elle riait à moitié sans savoir pourquoi.

- « Bouuuh… Je vois que vous fatigueeeez… » Lâcha-t-elle d’une voix gentiment moqueuse. Elle ne savait pas vraiment si elle avait perçu des signes de fatigue sur le visage de l’homme, ou bien si c’était elle qui l’était. L’alcool déclenchait vraiment des phénomènes surprenants ! Quoiqu’il en soit, elle continua. « Vouuus êtes fatiguué… Oooon est pas fatigué ! »

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Lun 24 Aoû - 23:41

Grâce à lui? Grâce à cette soirée? Il rit de plus belle, comment pouvait-elle être aussi géniale grâce à lui? Bon d'accord, il admettait que l'alcool donnait des ailes, lui même s'en était senti pousser une paire ce soir, des ailes de plumes illusoires qui finiraient doucement par ses désintégrer en même temps que les effets. Pourquoi n'y avait-il plus de quoi épancher sa soif? De quoi alimenter son petit nuage? La vie était-elle donc si injuste? Non, il ne devait pas penser à la fin, car ce n'était pas fini, elle était là, avec lui, ils riaient et s'amusaient comme des enfants, le voisin grincheux avait décidé de battre en retraite. Qu'est-ce qui pouvait les empêcher d'être heureux? D'être bien? D'enfin pouvoir profiter de leur soirée comme il se devait, rien, rien ni personne.
S'est alors qu'un second autographe vient, sans vraiment réfléchir il avait écrit en grand au niveau de la poitrine de son hôte le message qu'il lui avait jadis marqué sur le bras, il éclata de rire une fois que se fut fait et il rigolait de plus belle aux gloussements de la jeune femme. Nul musique à tuer les tympans en ces lieux, juste les rires tonitruants de deux adultes – ou du moins ce qu'il pouvait en rester- qui avaient été consumé par l'alcool et qui visiblement en semblaient plutôt fiers.
Elle lui enleva le marqueur des mains, s'en était assez et il était bien d'accord, trop de marques tuaient les marques, il avait entendu ça dans une publicité contre l'usage des marques aux détriments de produits moins chers et réalisés sans exploitations, le souvenir qu'éveilla cette pensée le fit rire de plus belle, vraiment, un rien le faisait se marrer.
C'est alors qu'Anna le regarda droit dans les yeux avant de l'avertir que si une femme s'approchait de lui elle lui ferait regretter avant bien sur encore une fois d'éclater dans un fou rire qui rendait la phrase tout...Sauf crédible, dommage, elle y était presque.
« Je vous croirais presque mademoiselle Feguson ! » fit-il alors en souriant «  et qu'est-ce que vous leur feriez hein? Vous leur arracheriez les cheveux? » et il riait encore et encore, un rire bien moins bruyant que les gloussements de la jeune blonde.

C'est alors qu'il sentit un contact sur lui, sur son torse pour être exacte – bien qu'il lui fallut le temps de s'en rendre compte – et il eut un frisson, pourquoi les yeux de la jeune femme était aussi attirant? Pourquoi un simple contact lui faisait ce genre de frisson. Il avait envie de saisir ses mains et d'attirer Anna à lui, de l'étreinte et de l'embrasser, oui, il en mourrait d'envie même et il ignore par quel semblant de raison il s'était refuser à le faire. Il savait que si il s'était lancé, si il avait essayé quelque chose elle aurait continuer sans le repousser et pourtant, c'était hors de question.
Ses paupières étaient lourdes, de plus en plus lourdes et c'était peut être cette même fatigue qui avait eut raison de ses précédentes pulsions. Il n'avait qu'une envie s'affaler sur le canapé et dormir, sa tête était soudainement si lourde, les murs bougeaient un peu trop à son goût et le maire adjoint ne désirait qu'une chose: Fermer les yeux pour ne plus voir le décor tourner autour de lui, pour ne pas voir cette femme qu'il désirait plus qu'il n'avait désirer une autre femme de sa vie, était-ce l'alcool? Ou pire...Était-ce réel?
Il fut sortit de ses pensées par la voix moqueuse de la dite jeune femme, il était fatigué? Oui, bien sur qu'il l'était, mais alors que le jeune femme essayait de le dynamiser il cligna des yeux et se contenta simplement de dire « Non, je ne suis pas fatigué! C'est pas vrai ! ». Et il reprit en choeur la dernière parole d'Anna. «  On est pas fatigué? » bien sur que si, il était mort de fatigue, terrassé par l'alcool et par ses pensées délirantes, il n'avait qu'une envie, dormir, et pourtant – comme pour démontrer le contraire- il tenta une dernière fois de se lever, en vain, car tout juste était-il droit sur ses jambes que déjà l'équilibre lui manquait et qu'il retombait irrémédiablement sur le canapé si...confortable. Affalé sur celui il lança un bref regard à la jeune femme. Il mourrait d'envie de l'avoir dans ses bras ne serait-ce qu'un instant, juste sentir à nouveau son parfum mêlé à celui de l'alcool, d'apprécier la douceur de sa peau et de ses cheveux, merveilleux remède qu'était l'alcool.

« J'ai besoin de réconfort » fit-il alors d'une voix endormie, presque inaudible, cette fois-ci il ne pouvait plus essayer quoique ce soit pour se tenir un tant soit peu en forme, l'alcool l'avait définitivement vaincu.

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Anna Feguson
Adminette
avatar

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Mar 25 Aoû - 0:11

Comment ? Il ne la croyait ? Pensait-il que la jeune femme n’était pas capable de proliférer des menaces et pire, de les exécuter ? On ne cherchait pas des noises à mademoiselle Feguson. Et si quelqu’un avait le malheur de draguer cet homme, qu’il soit male ou femelle, elle allait le lui faire regretter. Oh que oui ! En cet instant, c’était le sien, et c’était chasse gardée ! Si elle allait lui arracher les cheveux ? Bien sûr que non, Anna est une femme civilisée, qui plus est elle est la fille du maire.

- « Pas les cheveux. Les yeux ! » Fit-elle avec un ton sadique dans la voix.

Elle s’imaginait déjà sortir ses griffes et bondir comme une tigresse furieuse sur la malheureuse qui oserait approcher Adrian à moins de cinq mètres. Et paf, scratch et plotch, elle la déchiquette en quelques morceaux. Elle n’avait qu’à pas approcher, c’est bien fait. Cette pensée la fit sourire, elle en était plutôt fière. Anna était hypnotisée par cet homme lors de l’instant suivant. Ils s’observaient tous les deux, et chacun résistait. C’était une lutte furieuse et difficile, pour ne pas se prendre dans les bras, pour ne pas finir ce qu’ils avaient commencé. Pourquoi ? Pourquoi ne pas approcher ses lèvres, pourquoi ne pas l’embrasser ? Il suffisait d’un simple mouvement en avant, et il aurait cédé à son tour. Alors qu’est-ce qui leur a donné la force de résister ? Ou plutôt, qu’est-ce qui les a empêché d’agir ? La fatigue, l’alcool, les émotions, l’envie, le désir, la raison, la peur, la tristesse, la déception. Nombreuses étaient les raisons qui tentaient de mettre fin à ce long et tendre échange de regard. Et pourtant, Anna en aurait pleuré s’ils avaient continué, et si elle avait du lutter plus longtemps. Non, elle ne le ferait pas. Elle désirait cet homme, affreusement. Peut-être à cause de l’alcool, ou bien parce que c’était lui. Lorsqu’elle était sortie de sa stupeur, et qu’elle avait commencé à taquiner Adrian sur le fait qu’il était fatigué, alors que la jeune femme n’était pas mieux, il réagit en protestant. Non ? Vraiment pas fatigué ? Il tournait de l’œil ! À moins que ce ne soit elle, elle ne savait plus très bien. Le maire adjoint reprit les paroles de sa chanson pour chanter avec elle. La psychologue fut surprise de ne pas entendre le voisin protester à son tour, en martyrisant ce pauvre mur. Dommage, elle aurait bien aimé entendre Adrian reprendre du poil de la bête et répondre avec tout son honneur. Le ‘oh ta gueule !’ était magnifique, la jeune femme en avait tellement rit qu’elle avait eu du mal à respirer après. Et puis elle voyait flou par la suite à cause des larmes de joie qu’elle avait versé.

Troisième tentative pour Adrian, il avait forcé sur ses jambes, soulevé ses fesses et… troisième tentative échouée, il n’avait pas réussi à se relever. Ce qui décocha un rire chez la fille du maire, évidemment. Décidemment, il finirait bien par y arriver s’il persistait, à moins que ce ne soit le contraire. Le derrière, le dos et la tête sur le canapé, il était presque allongé avec seulement les pieds un peu relevés du sol. Il affirma avoir besoin de réconfort, la jeune femme esquissa un grand sourire de joie. Cette phrase, c’était comme si elle l’attendait depuis une éternité. Elle s’approcha donc du maire adjoint, en douceur malgré ses membres tremblants et sa démarque chancelante. Puis elle se pencha sur lui, avant de s’allonger avec délicatesse. Sa robe au niveau de la poitrine entra en contact avec la chaude chemise de l’homme, tandis que sa tête se posait également. Le cou légèrement replié, les cheveux dévalent l’épaule d’Adrian et le nez dans le cou de ce dernier, la jeune femme l’entoura de ses bras, l’un pendant dans le vide d’un coté de son corps, l’autre serrée entre le coin du canapé et les cotes du maire adjoint. Dieu qu’elle était bien, allongée dans les bras de cet homme qu’elle avait tant recherché ce soir là. Le calme était revenu entre eux, et le silence était d’or. La jeune femme ne pouvait s’empêcher de remuer légèrement ses joues pour sentir le contact du col et de la gorge d’Adrian sur sa joue. Sa main, dans le vide, revint à elle, et elle caressa affectueusement les abdominaux du maire adjoint, avec douceur et féminité. Oui, cet homme était à elle, rien qu’à elle. Elle voulait rester à ses cotés, et que l’alcool soit garant de leurs retrouvailles. Elle ignorait si Adrian dormait déjà. Quoiqu’il en soit, elle aussi tombait de fatigue, et malgré son envie de rester éveillée pour profiter encore de ce contact tendre, ses paupières se fermèrent seules. Anna était partie pour le monde des rêves, dans une position plus que confortable et le sourire aux lèvres.

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   Mar 25 Aoû - 0:55

Ciel qu'il était bien, là, dans ce canapé, il sentait son corps s'enfoncer dans l'épais duvet de cuir de ce dernier, tout était parfait, ou presque. Il manquait un détail pour que tout soit parfait : elle.
Oui elle, il avait besoin de sa chaleur, car soudainement il avait froid, il avait simplement besoin d'elle, elle et elle seule. Ainsi avait-il tendu les bras en réclamant du réconfort, et après un bref silence et un sourire de la jeune femme, elle vint finalement, s'allongeant délicatement sur lui. Ce contact le fit agréablement frémir tandis qu'il sentait le souffle d'Anna dans son cou et ses longs cheveux blonds lui titiller l'épaule. Un de ses bras vint s'enrouler autour de ses côtés. Oui, il se sentait terriblement bien maintenant, il pouvait dormir heureux comme il l'avait été tout au long de cette soirée. Les rires et les chants s'étaient tu, et seul régnait désormais un silence apaisant : celui d'une nuit déjà bien entamée à Chatam.
Le maire adjoint senti alors la joue de la jeune femme contre son cou, comme si elle recherchait davantage de contact et ne pu s'empêcher de sourire tout autant qu'il frissonnait lorsqu'il senti la seconde main de la fille du maire venir caresser ses abdos, un frisson qui ne dura qu'une fraction de seconde et qu'il mit sur le dos de la fatigue.
Un instant de lucidité lui fit remarquer que la fenêtre était toujours ouverte et que désormais c'était une brise relativement fraîche qui s'engouffrait dans l'appartement, voyant la jeune femme vêtue d'une simple robe il se profita de la liberté temporaire de ses mains pour saisir la veste derrière lui et la poser sur les épaules d'Anna. Puis, faisant passer ses bras sous cette couverture de fortune, il étreignit également la jeune femme, posant un mais sur les hanches de cette dernières tandis que l'autre venait caresser son dos avec tendresse. Pour rien au monde il n'aurait voulu gâcher ce moment, même ivre, il aurait été strictement incapable de faire quoique ce soit qui aurait pu tout foutre en l'air.
La fatigue était de plus en plus lourde. Dormait-elle déjà? Qu'importe, avant de sombrer dans un profond sommeil il ne pu s'empêcher de poser ses lèvres sur la tête de la jeune femme et d'y poser un discret baiser. Puis, sans même pensé à ce qu'il avait fait, ni à quoique ce soit d'autres d'ailleurs, il se laissa transporter dans un sommeil qu'il savait déjà être le meilleur qu'il n'eut jamais connu.



8.00 A.M – Appartement d'Anna Feguson – Mihitohora


Il faisait très, trop clair, pourtant il se refusait à ouvrir les yeux, comme si une barre de métal empêchait ses paupières de se lever et de lui ouvrir la vue. Il se sentait lourd, avait envie de dormir encore quelques heures... Et il était prêt à le faire d'ailleurs, enfin, prêt à une exception bien sûre, un bruit qui allait tout gâché.
Le voisin clapa violemment sa porte d'entrer, suffisamment fort pour que le bruit raisonne dans tout le couloir et par la même occasion dans l'appartement, s'en suivit une puissante quinte de toux à peine bruyante qu'on aurait pu aisément confondre avec une locomotive à vapeur. Infamie, c'était inhumain de réveiller les gens à cette heure, car c'était fichu, il ne se rendormirait pas.
Le maire adjoint eut alors l'envie irrésistible de s'étirer, il se sentait complètement engourdit, comme si tout ses membres le picotait, comme si il avait un terrible poids sur lui. Adrian tenta – difficilement – de s'étendre de tout son long mais en vint, que pouvait-il donc pouvoir l'empêcher de bouger comme bon lui semblait? Gigotant encore un peu avant d'ouvrir les yeux, espérant que cette étrange sensation passe, en vain. Il ouvrit alors les yeux, voyant une masse posée sur lui, une masse qui avait les cheveux longs, blonds et qui semblait respirer de surcroît. Et malgré les dernières vapeurs d'alcool il se rendit bien compte qu'il s'agissait d'Anna Feguson.
Grosse panique, sursaut, il perd l'équilibre, il se sent vaciller vers le côté béant du canapé et c'est la chute, il s'écrase sur le sol avec elle par la même occasion, et soudain, c'est le retour sur terre, à la réalité, un mal de crâne atroce en plus de la douleur de la chute sur le carrelage froid.
« Aïe! » s'exclama-t-il alors, puis, se tournant vers Anna, il se leva aussitôt, pris d'une panique sans précédente, c'était bien Anna Feguson qui était couchée sur lui et c'était désormais elle qui était là, à terre avec lui.
Debout, il se tenait le crâne comme si il venait de se prendre une poudre dans la figure, la lumière du jour lui fit soudainement mal aux yeux et il ne pu que s'exclamer ce simple mot pour résumer la situation qui régnait dans son esprit.
« Bordel ! »

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le carrosse de madame est avancé [Anna]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le carrosse de madame est avancé [Anna]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Remettre en question le leadership de Madame Maryse Narcisse !
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» Mirlande Manigat prend position pour Madame Michelle Duvivier Pierre-Louis
» Henriette d'Angleterre, dit Madame ... [terminé]
» Henriette d'Angleterre . Madame est arrivée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Shall Remember :: Waitangui : Chatam in all her Glory :: Wharekauri :: Résidence Mihitohora :: N12-
Sauter vers: