AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]

Aller en bas 
AuteurMessage
Adam Ryans

avatar

Disponible pour un topic? : pitêtre
Date d'inscription : 25/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 0:57



Introduce Myself¤





Nom: Ryans. Pendant un mois, il y a longtemps, je croyais que c’était mon deuxième prénom, alors je demandais à mes copains de m’appeler comme ça. C’est fou non ? Depuis, à chaque fois que je fais une bêtise, je dis que je m’appelle Ryans, c’est plus rigolo.
Prénom: Adam.
Âge: 10 ans. Le premier qui se moque de moi parce que je suis p’tit, je vous jure qu’il le paiera ! Parce que non, je ne suis pas un p’tit, et je sais me débrouiller comme un grand !
Lieu de naissance: Chatam
Occupation: Je suis au collège, en sixième. Et comme métier, ben je vole parce que je suis tout seul à dormir à la belle étoile. Quel pied ! Comment cela, voler n’est pas un métier ?


Dead To The World¤



    Qui était-il/elle?!
    Est-ce qu’il tremblait ? Non. Pourtant, la peur figeait ses membres. Jamais il n’avait sentit autant de sueur s’accumuler sur son front. Ce n’était pas faute de courage, pourtant ! Axel Romeone Nerman n’avait pas peur de prendre des risques. Il en avait l’habitude, toutes ses missions en avaient besoin s’il voulait les mener à bien. Et puis la mafia dont il faisait parti dissimulait toute preuve de sa culpabilité derrière lui, à chaque fois qu’il agissait. Seul ? Non, il n’agissait jamais seul. Toujours avec des hommes aussi masqués que lui, qu’il n’avait jamais vu et qu’il ne revoyait plus jamais après une mission. Personne ne se connaissait ici. Le seul nom que cet homme pouvait délivrer était déjà trop connu, il serait honteux de ne pas le savoir ! Il s’agissait de celui du grand patron pour qui Axel travaillait, Capone. Enfin, il travaillait indirectement pour lui. Il n’avait jamais vu le grand patron. Un des rares visages qu’il voyait, était certains de ses supérieurs ou collègues lors d’un briefing de mission. Il croisait régulièrement les mêmes regards dans ce cercle fermé, et savait pertinemment que si l’un d’eux flanchait, il ne le verrait plus jamais dans les couloirs.

    Axel fixait le sol, le cœur battant à tout rompre. Sa respiration s’accélérer au fur et à mesure qu’il sentait le contact froid de l’acier parcourir son échine. Il ne cherchait plus à se débattre, ces liens entravant son poignet étaient bien trop serrés, bien trop solides, il ne pouvait pas se libérer. Par ailleurs, la chaise qui l’empêchait de s’écrouler au sol était vissée à ce dernier, impossible de la soulever. L’odeur de poudre lui montait aux narines, tandis que le canon du pistolet effleurait son front.
    - « Je te le répéterais une dernière fois. Où les as-tu caché ? »
    La voix était grinçante, et il ne put s’empêcher de déglutir. Il n’avait rien le droit de dire. Il savait ce qui l’attendait, et il n’avait d’autres choix que de s’y préparer. Il avait fait une erreur, ce soir là. Non, ce n’était pas lui le responsable, tout comme la plupart de ses collègues dans cette mission, il n’était pas au courant de la taupe. Axel était un voleur professionnel. Agile et obéissant, il se chargeait d’espionner des autres camps, ou bien de leurs voler ce dont son patron avait besoin. Ce soir en l’occurrence, il s’agissait d’importants documents dont ces hommes parlaient. Axel les avait dérobé quelques jours plus tôt, mais avec l’ordre de ne pas les lire. L’homme n’y avait pas jeté un seul coup d’œil, et en attendant de pouvoir les livrer en mains propres, il devait les cacher. C’était le coup du siècle, l’occasion de rencontrer Capone ! C’était la mission de sa vie, le risque le plus gros qu’il avait pris. Malheureusement, dans sa bande se cachait une taupe. Un espion pour le camp adverse. Un espion qui avait rapidement été mis au courant de la personne qui possédait désormais les documents, et qui en avait informé les siens pour tendre un piège à cette personne. Roué de coups par ces inconnus, Axel avait perdu conscience dans une flaque d’eau, une nuit où la pluie faisait rage. Puis il avait rouvert les yeux dans cette pièce humide, remplie de tuyaux qui ne cessaient de laisser tomber d’incessantes gouttes d’eau dans un silence pesant. Il était incapable de dire combien de temps il avait du supporter cette symphonie rythmée de ces gouttes qui s’éclataient contre une paroi solide, sans cesse, sans cesse… Il voulait s’en désintéresser, mais plus il essayait, plus il se focalisait sur ces petits bruits qui le rendaient fou au fur et à mesure que le temps avançait. L’homme avait réussi à défaire les liens qui le retenaient à la chaise, après de nombreuses tentatives qui lui écorchèrent les ongles. Malheureusement c’était trop tard pour lui, et après avoir été surpris en liberté, ses tortionnaires lui tirèrent dans le genou, avant de le rattacher sur sa chaise.

    Le voleur avait du mal à garder les yeux éveillés. Il entendait bien sûr la question de cet homme, et savait qu’il aurait peut-être une chance de survivre s’il y répondait. Quoique non, dans ce genre de magouille, une fois pris au piège, on ne s’en sortait pas vivant. Mais l’homme était totalement préoccupé par ces gouttes d’eau qui continuait de tomber autour de lui. Il en avait des frissons. Sa chaise baignait dans son propre sang, qui avait coulé de son genou, mais aussi de ses plaies provoquées par les nombreux coups qu’il recevait. Axel saignait jusqu’au visage, la joue boursouflé. Du liquide noir s’écoulait de ses deux yeux crevés, et les bruits de pas agacés de ces hommes se mêlaient aux gouttes, le rendant totalement fou. Était-ce là sa destinée ? Sombrer dans la folie pour rester loyal ? Ou bien pour atténuer la douleur. Un violent coup dans ses côtes déjà cassées fit hurler notre voleur. Cependant, il ne répondait toujours pas. Des plaintes s’échappaient de sa bouche ensanglantée, et ses lèvres tremblaient comme un enfant apeuré. Il baissait la tête en attendant le prochain coup, espérant à chaque fois que celui là lui sera fatal. Un deuxième coup de feu retentit. Du sang gicla de son autre genou sous les hurlements de la victime. Et tout cela pour quoi ? Pour des papiers. Mais qu’avaient-ils de si important ? Cette fois, il allait craquer. Il allait leur dévoiler la cache, mais ces gouttes d’eau qui n’en finissaient pas ! Et son bourreau reposa sa question, en accentuant la fin par un coup de crosse qui déboîta la mâchoire d’Axel. Ses craquements écoeurants retentirent en écho dans la pièce, suivit de nouveaux cris de douleurs. Il gardait la bouche ouverte, ne parvenant plus à la fermer, tandis qu’un liquide âcre s’échappait au coin de ses lèvres. Il n’en pouvait plus, mais ces gouttes d’eau continuaient. Il n’arrivait plus à se concentrer sur autre chose que ces tuyaux. Il n’arrivait plus à se souvenir de la planque pour ces documents, ces gouttes d’eau le lui en empêchaient ! Pourtant il voulait se rappeler. Il voulait abréger sa souffrance, il voulait se souvenir et savoir s’il allait vivre ou mourir, il ne voulait plus souffrir le martyre ! Mais ces gouttes… Incessantes… Turbulentes, diaboliques, elles résonnaient dans ses oreilles comme des cris. Il n’arrivait plus à s’en détacher. L’homme sentit l’acier froid tremper dans son sang, sur sa trempe, puis remonter lentement jusqu’à son visage. Le canon rentra délicatement dans sa bouche, et il ne recula pas la tête pour s’en débarrasser.
    Un dernier coup de feu retentit. C’était une nouvelle victoire pour Capone.


    Ce que lui a apporté sa vie antérieur:
    Je peux déjà commencer à vous raconter ce que ne lui a pas apporté sa vie antérieure. Discrétion, réservation, obéissance et sagesse. Parce qu’étant quelqu’un de réservé, Axel faisait tout pour ne pas être vu. Il agissait dans l’ombre tellement son monde était dangereux, il savait que le moindre faux pas qui le mettrait dans la vue de ses ennemis vaudrait sa mort. C’est ainsi qu’il s’est fait piégé. Il obéissait aux ordres sans discuter, car la plupart de ces ordres étaient aussi là pour le préserver, il le savait. S’il trahissait son propre camp, il se ferait également tuer par. Il n’agissait que lorsqu’il le devait, et n’en prenait aucun plaisir bien qu’il ne détestait pas ce qu’il faisait. Eh bien Adam, c’est le contraire.
    Si sur le plan caractériel, il ne l’a pas hérité de son ancienne vie, il a en revanche hérité de facultés étonnantes. Adam est un voleur né. Enfin, à moins qu’il n’y ait un autre sport mettant en scène des capacités de voleur. Agilité, adresse, ruse et surtout la rapidité. Capable de courir assez vite pour semer tout ennemi. Adam serait un de ces magiciens qui fait disparaître un objet dans sa chemise, sa manche ou je ne sais quoi d’autre devant une personne, sans que cette dernière ne remarque quoique ce soit. Comme Axel, il est apte à agir au bon moment, et surtout à vite réagir aux menaces. Adam pratique le vol comme s’il s’agissait d’une banalité, d’un sport où il excelle.
    Une autre chose que lui a apporté sa vie antérieure, son angoisse au son des gouttes d’eau. Soit ce bruit l’excite comme une puce, soit il l’angoisse profondément en faisant naître chez lui des images qu’il n’explique pas. Pourquoi avoir aussi peur de gouttes d’eau qui tombent ? Deviendrait-il fou comme l’a été Axel avant lui ?
    De plus, Adam se méfie de la plupart des personnes, comme Axel. Il peut se montrer extrêmement naïf, mais aussi très méfiant envers les grandes personnes qu’il juge comme ‘dangereuses’. Je dis ça, mais son coté enfantin revient bien souvent sur le dessus. Montrez lui une pâtisserie, un jouet, et vous aurez beau l’air louche le petit vous accordera son plus beau sourire…


    Ce qu'il/elle pense de la réincarnation:
    Non mais vous rigolez ? Il est à la rue, il passe ses journées à fuir les visages connus et à voler pour se nourrir, pour se divertir. Il dort toujours à la belle étoile et fais tout ce qu’il peut pour ne pas se faire prendre dans l’une de ses bêtises. Mais surtout, il a 10 ans ! Et vous croyez qu’à 10 ans on pense à ce genre de chose ? Il a bien d’autres choses en têtes, comme par exemple, quand est-ce que ce boulanger va-t-il tourner le dos à ce chausson aux pommes ? Quelle vie cruelle, vraiment. Parlez-lui donc de la réincarnation au petit, et il vous répondra ‘Réincarquoi ?’. Expliquez-lui ce mot, dites lui s’il pense qu’après la mort, on devient quelqu’un d’autre, et là encore, il vous dira ‘Ben si c’est vrai, alors moi je deviendrais superman !’.
    Autre question ?


Born To Be Alive¤


    Enfance&Adolescence:
    31 Octobre 1999

    Notre histoire, comme beaucoup d’histoires, commence à Chatam Island. Cette petite île autrefois simple et peu attirante avant qu’un certain homme ne la prenne en main. L’habitude du ciel était au beau temps, et cette journée aussi. Un couple et leur enfant sillonnaient les rues en voiture bleue marine en direction du port. Des crissements de pneus retentirent à l’arrivée, et l’homme sortit en premier de l’automobile pour faire le tour. Il ouvrit la porte du passager, ordonna à son fils derrière de sortir et aida sa femme à se relever. Oui, Ricky Ryans était un homme pressé, mais quoi de plus naturel lorsque sa femme menaçait d’accoucher à tout moment ? Et l’hôpital le plus proche qui était sur le continent… Heureusement qu’ils étaient un peu en avance, ils n’auraient pas à courir pour prendre le bateau. Mathéo Ryans rejoignit ses parents en courant. Ils étaient déjà partis, ce qu’ils allaient vite ! L’enfant de cinq ans avait du mal à les suivre. Arrivés sur le navire, Maria Ryans s’installa sur un banc en soupirant. Ce boxeur dans son ventre lui faisait souffrir le martyre ! Il était prévu pour aujourd’hui même, et elle n’allait pas tarder à perdre les os dans le bateau. Étrangement, la température changeait d’atmosphère dehors, et de gros nuages gris débarquaient à folle allure. Les Ryans étaient une famille plutôt modeste, possédant une demeure à Chatam, et une maison de vacance sur le continent. Je dirais même qu’ils étaient aisés, car le père pratiquait la profession d’avocat tandis que sa femme était mère au foyer. Leur fils allait à la petite école de Chatam. Arrivés sur le continent, un taxi les emmena dans un hôpital. Les infirmières trouvèrent rapidement une chambre pour Maria. La pluie commençait à tomber au dehors, et dans l’après midi, la jeune femme eut des contractions. Ça y’est, il arrivait enfin.


    25 Février 2004

    Adam avait cinq ans. Il courrait déjà comme un fou dans le grand jardin de sa maison. Jouant avec son frère de dix ans, ils s’amusaient à se bastonner. Pendant ce moment de gaîté, Maria se trouvait actuellement dans son école, avec sa maîtresse.
    - « Madame, regardez la trousse de votre fils. »
    La mère s’exécuta, un peu inquiète. Elles étaient assises chacune d’un coté d’un petit bureau beige. Maria prit la trousse d’Adam, et l’ouvrit. Elle en sortit des stylos de toutes les couleurs. Jusque là, rien d’étrange, sauf que la femme n’en reconnaissait aucun.
    - « Adam s’amuse à voler les stylos de ses camarades. » Fit calmement la maîtresse avant de reprendre « Personne ne l’aurait remarqué, s’il n’avait pas joué avec sa trousse pendant le cours et la renverse sur le sol. »
    La dame laissa un cours moment de stupeur et de réflexion à la jeune femme devant elle. Puis elle expliqua calmement ce qu’elle avait au fond du cœur.
    - « Ne le jugez pas trop sévèrement, je pense que cet enfant n’a aucune notion du bien ou du mal. Je sais qu’auparavant, il avait donné tous ses propres stylos à ceux qui les voulaient. Je l’ai vu faire.
    - Excusez-moi, cela ne se reproduira plus. » S’excusa Maria en se levant. « Maintenant je dois vous quitter, mon mari va bientôt rentrer. Je m’entretiendrais avec mon fils ce soir, merci. »
    Puis elle quitta la salle.


Dernière édition par Adam Ryans le Mer 26 Aoû - 22:26, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Ryans

avatar

Disponible pour un topic? : pitêtre
Date d'inscription : 25/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 1:00

    De leur coté, les enfants s’amusaient toujours sur la pelouse. Matthéo plaqua son frère au sol en poussant un petit rire de vainqueur, malgré les protestations de ce dernier. Puis il fixa Adam en plissant les yeux.
    - « Qu’est-ce que tu manges ? » Demanda-t-il en voyant son frère mâcher quelque chose depuis tout à l’heure.
    - « Un chewing gum. » Répondit le frangin en essayant de repousser son aîné. Mais ce dernier le relâcha de lui-même pour se mettre debout.
    - « Han maman t’as acheté un chewing gum ! C’est pas juste moi elle m’en achète pas quand je vais aussi avec elle au supermarché ! » S’exclama-t-il en affichant une mine boudeuse.
    - « Mais…maman me l’a pas acheté. » Répondit Adam en regardant son frère.
    - « T’as pas d’sous, t’as volé ? » Lâcha Matthéo sur un ton suspicieux. « Quoi ?? T’as volé ? » Ajouta-t-il ensuite devant l’air sérieux de son cadet. Il parut un instant affolé, puis regarda la porte de la maison, qui donnait sur le jardin, comme pour s’assurer qu’il n’y avait personne.
    - « Et… T’en a pas un pour moi ? »
    Adam esquissa un sourire, puis il sortit un malabar de sa poche qu’il tendit aimablement à son frère.


    11 Juillet 2004

    Nous étions en été, et pourtant cette journée laissait place à la pluie. Cependant, cette pluie n’était rien face à la tempête que démarrait à la maison. Matthéo était chez un copain à lui, il devait probablement jouer à la console ou bien au super héros. Adam, lui, regardait par la porte-fenêtre de la cuisine, celle qui donnait sur le jardin. Il mourrait d’envie d’y aller, surtout pour ne plus entendre les cris de ses parents. Allaient-ils se taper ? Pourquoi est-ce qu’ils se disputaient ? Adam avait fait une bêtise ? Est-ce qu’ils allaient encore le gronder pour avoir ramené de l’école des objets qui ne lui appartenaient pas ? Non, il n’avait rien fait cette fois, et puis les autres fois non plus ! Pourquoi était-ce méchant de prendre quelque chose ? Le front collé au verre, l’enfant se bouchait les oreilles pour ne plus les entendre. Par pitié qu’ils se taisent ! Il préférerait même qu’ils se fassent des bisous, comme avant. Mais il ne les voyait plus faire des bisous, pourquoi n’y en avait-il plus ? Le petit finit par mettre la main sur la poignée. Il abaissa le plus doucement possible et tira vers lui. La porte s’ouvrit en grinçant, mais les adultes ne semblaient pas l’avoir entendu. Quelques secondes plus tard, il était au seuil de la cuisine, refermant derrière lui le plus discrètement possible.
    Les oreilles de l’enfant frétillèrent. Était-ce la première fois qu’il sortait un jour de pluie ? N’avait-il jamais entendu auparavant la pluie tomber ? Non, jamais. Le garçon fit un pas en avant, ses chaussures écrasant une petite flaque d’eau sur la terrasse. Il se figea soudainement. Toutes ces gouttes qui tombaient, l’une après l’autre ou bien en même temps. Il avait l’impression qu’elles résonnaient dans sa tête. Il était incapable de dire s’il fut pris d’angoisse ou d’excitation, mais l’enfant se mit à courir vers le fond du jardin, dans une petite grotte qu’avait construit son père pour entreposer le cidre qu’il fabriquait. L’enfant était totalement omnibulé par ces gouttes de pluie. Il ne put s’empêcher de sourire, se demandant s’il y avait une raison à ce que son cœur se mette à battre plus rapidement. Il découvrait quelque chose de tout nouveau, et de tout à fait délicieux ! Ces gouttes qui s’explosaient sur son visage, sur ces graviers, l’herbe, le fer de la balançoire... Adam était nerveux, il ne pouvait s’empêcher de garder les yeux levés au ciel, clignant des yeux à chaque fois qu’une goutte tombait non loin. Les mains crispées, il avait l’impression de vivre une sensation forte, comme il n’en avait jamais vécu. Étrange, pourtant ça n’était que de la pluie. L’enfant recula pour pénétrer dans la grotte et se mettre à l’abri. Ce qu’il faisait sombre à l’intérieur, et humide ! De nouveaux bruits attirèrent son attention. C’était les mêmes que la pluie, mais en moins nombreux, en plus régulier, et en plus résonnant. Des petites gouttes d’eau s’éclataient sur la paroi, une à une, et faisait naître derrière elles un petit écho. L’enfant s’approcha curieusement de ce bruit, lorsqu’une image lui apparut, devant lui. Il avait l’impression que du noir essayait de s’emparer de sa vision, et qu’il restait un petit cercle au milieu ou il pouvait toujours voir. Il voyait… Des tuyaux, ces gouttes tombaient sur ces tuyaux ! La pièce était humide. Il entendait toujours ces gouttes, mais l’excitation faisait place à l’angoisse. Il avait l’impression que la grotte changeait d’apparence, et qu’une pièce grise et menaçante tentait de l’emprisonner. Ses visions étaient totalement floues, et le reflet de la paroi en craie blanche de la grotte réapparaissait aussitôt avant de disparaître à nouveau pour ces murs gris, et ces tuyaux. Adam entendit soudain des pas. Il se retourna, il n’y avait pourtant personne derrière lui ! Mais il entendait quelque chose, ces gouttes d’eau n’arrêtaient pas dans la grotte ! Ces images ne cessaient de lui revenir, il n’en pouvait plus. Le cœur de l’enfant se serrait de plus en plus, au point de le pétrifier totalement sur place. Des petits gémissements sortirent de sa bouche, en même temps que des larmes. De nouveaux bruits de pas retentirent, il était persuadé que quelqu’un était tout près de lui, il sentait sa présence lorsqu’il voyait ces murs gris. Ni une ni deux, Adam retrouva l’usage de ses jambes. Il sortit de la grotte en courant, pour rentrer chez lui, pleurant de peur et de soulagement. Jamais plus il n’ira dans cette grotte.


    23 Novembre 2006

    C’est fou comme en deux ans, il peut s’en passer des choses. Tout d’abord, le même jour que les parents s’étaient disputés, ils avaient pris une décision importante, très importante… Le divorce. Divorce au grand dam de Maria, puisqu’elle n’avait pas de travail. Cela ne gênait pas pour autant Ricky, qui préféra même lui laisser la garde des enfants. Le père partit sur le continent, sans même dévoiler où il allait. Il prétendait que lorsqu’il voudrait des nouvelles de ses enfants, il viendrait lui-même les prendre, mais il ne disait rien à sa femme pour éviter qu’elle puisse le joindre, où qu’il soit. Égoïste, mais astucieux. Quoiqu’il en soit, la belle maison se transforma en petit appartement, car évidemment elle appartenait toujours au père. Matthéo et Adam vivaient avec leur mère. Leur rang aisé se transforma vite en famille pauvre lorsque Maria se rendit compte qu’elle ne parvenait pas à trouver un emploi. Même sur le continent, il n’y avait rien ! Les loyers de l’appartement s’accumulaient au fil des mois, et elle n’allait vite plus pouvoir les payer. Ses économies n’étaient pas bien grandes, et le plus difficile pour elle était de leur faire comprendre la situation à ses enfants. Non, ils n’auraient pas de jouets pour noël, pas plus qu’ils n’auraient de père à l’avenir. Le plus difficile à supporter fut l’an passé, en 2005. Matthéo tomba malade. Une mauvaise grippe, d’après Maria qui n’avait pas les moyens de payer le docteur. Le pauvre enfant restait cloué au lit, des jours passèrent sans que son état ne s’améliore. Il n’avait pas les bons traitements, mais si seulement sa mère avait l’argent pour le lui fournir… Adam avait cessé de voler à l’école, parce qu’il savait que sa mère allait avoir des ennuis sinon. La maîtresse ne cessait de la convoquer pour lui demander de parler à son fils. Mais Maria avait beau dire tout ce qu’elle pouvait à Adam, ce dernier ne comprenait toujours pas en quoi c’était un mal. Le 6 Août 2005, Matthéo céda à sa maladie. Il fut enterré dans le cimetière de Chatam, mort à 11 ans. Maria sombra dans la dépression suite à cela. Elle devint extrêmement protectrice envers son dernier fils, le seul être qu’il lui restait dans sa vie. Adam quant à lui se raccrochait désespérément à sa mère pour ne pas se retrouver seul. Il avait longtemps pleuré les cinq mois qui suivirent la mort de son frère, mais le comportement courageux de sa mère lui fit comprendre que lui aussi devait être courageux, s’il voulait que sa mère le reste. Le 15 Août 2005, la famille Ryans fut éjectée de leur appartement. Ils se retrouvaient maintenant à la rue, seuls et sans argent.
    - « Adam… » Commença Maria en prenant son fils dans les bras. Cette journée là, il pleuvait encore, mais l’enfant avait d’autres préoccupations que la peur. Dans les bras de sa mère, il n’avait pas peur. « Adam mon chéri, écoute moi. Ce que je t’ai dit sur le vol… Oublie tout. Maintenant, nous n’avons plus le choix. Nous devons manger, et il faut voler. »
    Maria avait les larmes aux yeux. Non, elle pleurait à chaudes larmes en étreignant son fils du mieux qu’elle le pouvait. Ils se mirent ensuite en route à la recherche d’un abri, qu’ils trouvèrent sous un préau.

    Mais revenons en au 23 Novembre 2006. Maria mendiait la journée, et volait de la nourriture sur les marchés. À tel point qu’elle devenait détestée par les marchands. Et pendant qu’elle agissait, Adam était chargé de garder les duvets, et donc de rester dans leur abri. Cependant ce n’est pas toujours ce qu’il faisait. Lui aussi prenaient des initiatives, du haut de ses sept ans, en s’emparant facilement de nourriture sans que personne ne le voie. Il rentrait dans une boulangerie, et ressortait toujours avec quelque chose. S’il était découvert, il courrait et voilà. Il y a peu, Maria s’était faite prendre par un policier. La main dans le sac, il s’apprêtait à lui reprendre toute la nourriture. Cependant, dans un élan de désespoir de ne pas pouvoir nourrir son enfant au soir, la jeune femme avait frappé l’homme au visage, avant de s’enfuir. Comment aurait-elle pu savoir qu’il allait trébucher et se briser un os du dos en tombant ? Comment aurait-elle pu savoir qu’il s’était fracturé le crâne lorsque sa tête entra en contact avec le trottoir ? Elle, elle était déjà loin, en train de courir. Peut-être aurait-il mieux valu pour la jeune femme que ce policier meurt…
    Je vous parlais donc du 23 Novembre 2006. Il s’agit là de la date à laquelle Maria a été retrouvée par la gendarmerie. Elle fut arrêtée, et envoyée sur la prison du continent sans que les hommes ne sachent que derrière elle, elle laissait un enfant. Oh bien sûr, elle le leur avait dit ! Mais en arrivant sous le petit préau d’une ruelle, à l’abri, il n’y avait plus rien. Plus aucune couverture, un seul duvet seulement, celui de la mère. Adam avait mis les voiles pour ne pas se faire prendre. Dans sa tête, il était persuadé que s’il était pris, il serait envoyé dans une pension, dans un endroit où il ne pourrait plus jamais revoir sa mère. Et pourquoi pas en orphelinat, tant qu’on y était ? Il préférait pleurer seul, dans la nuit et le froid, mais avec la certitude que, plus grand, il pourrait rendre visite à Maria.
    Sauf que maintenant, il était seul. Seul à courir, voler pour lui-même, courir encore, fuir, et à dormir à la belle étoile. Seul, définitivement seul…


    Vie actuelle:
    Voilà trois ans maintenant que notre garçon réussit à survivre dans l’île de Chatam, par ses propres moyens. En volant, volant, volant. Il possédait des talents exceptionnels dans ce domaine, des talents sans lesquels il serait mort depuis bien longtemps. Il esquivait facilement les autorités, et pourtant… Pourtant Adam n’avait pas pu s’empêcher de faire confiance à cet homme, Peter. Professeur au collège, c’est lui qui a réussit à convaincre notre garçon de tenter de s’y inscrire, et qui l’a bien aidé à se faire accepter. Peter a obtenu gain de cause auprès du collège se trouvant sur le continent, et non sur celui de Chatam. Pour le reste, c'est-à-dire le moyen d’y parvenir, c’était à Adam seul de se débrouiller. Mais rien de plus facile pour le garçon que de faire le passager clandestin sur un bateau. Dès la rentrée, Adam rentrera donc en sixième, du haut de ses dix ans. Évidemment, il sait très bien qu’il ne pourra pas toujours y aller, et que certains jours il arrivera en retard, ou pas du tout. Mais Peter lui avait garanti que ça ne faisait rien, tant qu’il essayait de venir autant qu’il le pouvait.
    Au fur et à mesure de ces trois ans, Adam a appris à connaître tous les recoins de Chatam par cœur. Il ne dors jamais au même endroit, et a fini par apprécier les nuits à la belle étoile, la liberté de voler et d’agir sans contrainte. Il aime cette vie de ‘petit hors la loi’. De plus, l’enfant s’est fait énormément de connaissances, et bien souvent d’adultes qui ont assez de pitié pour lui offrir une coupe, des fruits, pâtisseries, tendresse, boissons, couverture, ou informations sur de nouveaux magasins…




Dernière édition par Adam Ryans le Mer 26 Aoû - 22:27, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enaëlle Van Horn

avatar

Disponible pour un topic? : Euh..
Date d'inscription : 12/08/2009

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 10:46

Bienvenue.
Un jeune voleur, il commence à y avoir beaucoup à faire pour la police !!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith A. Killmaster
Chatam's Devil
Admin

avatar

Disponible pour un topic? : Non
Date d'inscription : 09/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 11:57

Maaaaaah Léo Legrand !
J'adore ce gamin ! ^^ Il nous faudra un lien !


Et bienvenue !

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adam Ryans

avatar

Disponible pour un topic? : pitêtre
Date d'inscription : 25/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 22:26

Who I Am¤

    5 Traits de caractères
    Malicieux : ‘Mon petit frère, eh ben il est très malade. Sisi... J’peux avoir un bonbon ?’
    Notre petit aladdin en herbe, en plus d’avoir un caractère bien trempé, mange du renard au petit matin. Sa malice réside dans ses petits yeux innocents d’enfant, dans ses manières apitoyantes et dans son petit jeu de séduction des adultes, qui fonctionne pratiquement avec toutes les personnes. Parfois, il suffit d’une seule petite phrase pour obtenir ce que l’on veut sans avoir à le voler. L’enfant a clairement compris que sa position d’enfant lui permettait beaucoup de choses auprès des adultes, notamment de gagner très facilement leur confiance. En effet, qui se méfierait d’un aussi joli minois ? Qui saurait que derrière ce ‘ptit bonhomme se cache un vaurien ? Quoiqu’il en soit, Adam use de son âge, il manie avec excellence l’art de ‘faire briller ses petits yeux’.


    Lunatique : ‘Je te boude !... Tu me fais un câlin ?’
    Au fond, tous les enfants sont un peu comme cela. Parfois colérique lorsqu’ils se sentent agressée, mais qui peuvent aussitôt être calmés par quelque chose qui les attire. Adam ne déroge pas à la règle, étant aussi émotif que ceux de son âge, si ce n’est plus. Évidemment, il y a certaines choses sur lesquelles il peut s’avérer beaucoup plus mature que ceux de son âge, comme sur sa manière de voir les gens. Mais il est aisé de jouer avec son caractère et ses émotions, il est facile de voir en lui. Seulement, comme tout autre enfant, son coté lunatique arrivera toujours à surprendre. Il peut vous cracher au visage, avant de se blottir contre vous en quémandant de la tendresse. Quel enfant ne rêverait pas d’un peu d’affection ?


    Inconscient : ‘C’est quoi ces deux petits trous dans le mur ? J’peux mettre mes doigts dedans ?’
    Il est du genre à courir après une balle sur la route, sans faire attention aux voitures qui circulent. Il vole n’importe qui, que la victime soit riche ou non, sur ses gardes ou pas. Il lui est arrivé de narguer des policiers pour son propre plaisir, et de jouer des tours à certaines personnes… Dont il ne faut pas se moquer. Cet enfant parfois turbulent ne sait pas ce qu’est le danger. Bien qu’il ait vécu d’horribles choses, il n’a pas encore réussi à acquérir la notion de dangereux, en même temps que celle du bien et du mal. Il ne se rend pas tout à fait compte de la gravité des situations dans lesquelles il se met. Alors si parfois il n’a pas peur et qu’il le devrait, ne pensez pas qu’il est courageux. Non, il est simplement inconscient. Mais comme on dit, c’est de ses erreurs que l’on apprend le mieux. Il faut le laisser se prendre la fessée pour qu’il comprenne. Et encore, va-t-il comprendre ?


    Vif : ‘Ahahah ! Tu ne m’attrapera jamais !’
    Adam est d’une spontanéité incroyable. Il a hérité cela de son ancienne vie, au quelle il menait une existence plutôt active. Ce garçon est vif en tout, bien que ses réflexes le soient plus que son esprit. Normal pour un enfant, me direz-vous. Il est extrêmement rapide et réagit toujours si vite que cela lui a permis de prendre la fuite de nombreuses fois avant de se faire attraper par les commerçants en colère, ou encore les autorités. Parfois, on pourrait l’appeler Zébulon, ou encore la puce. Il court, il saute au dessus des flaques, il grimpe sur les toits, se met en équilibre sur les barres des escaliers, dévale ces derniers avec des rollers volés, fait le cochon pendu avec des tuyaux… Ce petit est infatigable, et tellement vif et spontané que c’est lui qui fatigue son entourage.


    Talentueux : ‘Hier.. Ben hier j’ai vole trois oranges, deux bananes, un skate, une chemise bleue et un jean foncé, j’ai piqué un jeu de game boy mais j’ai pas la game boy, un gel douche aussi, quand j’suis entré dans la parfumerie, comme ça j’suis entré dans une maison pour me doucher, pis aussi des clés de voiture, mais comme j’savais pas quoi en faire je les ai mis dans le sac d’une dame. Oh et pis le portefeuille d’un monsieur aussi ! Il dépassait de sa poche, mais ça c’était juste pour m’amuser alors je lui ai redonné. Ah et pis y’avait ça, et ça aussi… ’
    Quelle poisse lorsque l’on remarque que la seule chose que l’on sait faire n’est pas règlementée par la loi. Cependant, ce talent n’a pas l’air de déranger le moins du monde notre enfant, qui n’hésite pas au contraire à en user et à en profiter à fond. Pour lui, voler est un plaisir qu’il trouve drôle et agréable. Et jamais encore il n’avait réussi à se faire prendre au point de finir en pension, ou dans un autre endroit de ses cauchemars. Adam possède un talent, un don exceptionnel pour le vol. Il s’agit là d’une adresse, d’une agilité et d’une discrétion hors pair qui font réussir tous ses coups. De plus, le petit sait quand il faut agir, et il le fait toujours au bon moment.




    Habitudes:
    - Il se promène souvent les mains dans les poches, soit en quête d’une nouvelle victime de ses farces, ou bien en attendant de ressentir l’envie de voler quelque chose.
    - Sinon il va au collège lorsqu’il le peut et s’avère être un élève plutôt sérieux malgré ses difficultés de concentration. Il réserve ce mot pour les vols qu’il juge importants. Alors vous pensez, les mathématiques…

    Ce qu’il/elle garde toujours dans ses poches:
    - Une balle rebondissante de couleur dorée, avec laquelle il s’amuse toujours lorsqu’il s’ennuie.
    - Un couteau suisse qu’il a un jour trouvé (J’ai dit trouvé, et non volé !) dans une poubelle. Je ne dis pas que le garçon fouille les poubelles, il n’en a pas besoin, mais ça dépassait. Les gens jettent parfois de drôles de choses !

    Comment il/elle commence et termine sa journée:
    Réveil dans un hôtel, à la belle étoile, dans une rue sombre ou claire, sur une plage, dans un restaurant, un abri, un préau ou je ne sais quoi d’autre. Toute la ville est sa maison, alors il ne dort jamais au même endroit. Ensuite, il s’étire et va prendre sa douche dans une demeure s’il arrive à entrer par effraction dans l’une et à parvenir à se doucher avant que les propriétaires ne débarquent. Bon, il ne s’agit pas de flash et je vous avoue que le petit s’est fait prendre de nombreuses fois à ce sujet. Seulement, non seulement le savon le rendait plus difficile à attraper, même lorsqu’il prenait le temps de s’emparer de ses habits, et puis il choisissait toujours des salles de bains avec une fenêtre (il entre par là). Là-dessus, pour les nombreuses fois où on l’a déjà aperçu nu, Adam n’a plus aucune pudeur. Son rôle d’enfant l’aide beaucoup là-dessus. Bref, s’il ne trouve pas d’endroit où se décrasser, car il n’aime pas se sentir sale, il vole un savon et fonce dans un étang.
    Ensuite, une fois tout beau tout propre, (enfin presque), il commence sa journée en essayant de trouver la bonne cruche qui lui offrirait à manger, ou en cherchant le bon restaurant à voler. (Enfin ce n’est pas forcément du vol, l’enfant s’arrange pour qu’un autre paye à sa place. C’est très long à expliquer.) Ensuite… Eh bien ensuite, tout dépend de la tournure de la journée. Disons qu’à la fin il va dans la petite planque où il aura caché son duvet roi lion, puis il s’en va avec chercher un endroit pour dormir.
    Et le collège dans tout ça ? Eh bien si le garçon est préparé, et a mangé avant que le bâteau ne parte, il fonce jouer au passager clandestin et va au collège.


    Autres choses à savoir:
    * Adam est un fan incontesté des disneys. Il a vu les plus classiques lorsqu’il était tout petit, et se rend parfois chez des amis à lui pour en voir, encore et encore. Comme tout enfant ayant une mauvaise situation a besoin de se rattacher à quelque chose, Adam se raccroche énormément aux disneys. Ah, Aladdin ! Ah, Roi Lion ! Et les aristochats, le livre de la jungle, Bambi ! (Il pleure devant.)
    * Adam est tout excité lorsqu’il y a de la pluie, mais il a peur des gouttes d’eau qui tombent de tuyau, de robinet, ou de quoique ce soit d’autre.
    * Adam possède étonnement beaucoup de connaissances dans la ville. Pas forcément des gens sur qui il peut toujours compter, mais au moins des personnes qui peuvent lui fournir des informations dont il a besoin. Et puis l’enfant se trouve toujours au bon endroit au bon moment.
    * Adam possède une bonne étoile miraculeuse. Une chance inouïe qui n’est probablement pas innocente au fait qu’il s’en soit toujours sorti. Peut-être cette chance est-elle là pour se rattraper, ou se faire pardonner ? Pardonner de quoi ? Disons de son absence totale lors de son ancienne vie…
    * Adam joue toujours avec une petite balle dorée rebondissante. Il la maîtrise comme personne avec ses mains agiles, et s’amuse comme un petit fou avec.


    Célébrité sur l'avatar:
Léo Legrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Adrian g. Clarkson
Admin
Loyauté me lie
avatar

Disponible pour un topic? : Non =(
Date d'inscription : 13/03/2009
Age : 30

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 22:34

J'étais pliée devant ta fiche ! X)
Personnage super intéressant, je ne peux que te valider.
Bienvenue parmi nous & bon rp =D

_________________


    Sometimes, in the order to defeat evil, we must learn to consort with evil.
    Icon: Crédit Rocksaltbullet/Avatar:Amiro_C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://ishallremember.1fr1.net
Adam Ryans

avatar

Disponible pour un topic? : pitêtre
Date d'inscription : 25/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 22:38

Merci de votre accueil, merci beaucoup !

Enaëlle, j'y montre mes fesses à la police moi. mwahah.

Lilith : avec plaisir ! =D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enaëlle Van Horn

avatar

Disponible pour un topic? : Euh..
Date d'inscription : 12/08/2009

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 22:47

Exhibitionnisme vis à vis des forces de l'ordre, ça va chercher loin...
Superbe fiche !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Estel S. Allen
Admin
Rebellious Kitten, at your service
avatar

Disponible pour un topic? : Demande toujours, on s'arrangera ^^
Date d'inscription : 12/04/2009
Age : 27
Localisation : A ton avis, si je te parles, Dummkopf ?

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   Mer 26 Aoû - 23:46

Mon BoutChou
(Re)Bienvenue sur ISR !!

_________________

      C'est mon GP qui m'a forcée, hein ! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Celle là, je ne l'ai pas volé... [Terminée]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Truck terminé! C'est un Véhicule volé avec Obuzier! Kaboum
» Conversions de véhicules volés orks
» Mon basilisk volé
» tir de volée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Shall Remember :: All you need :: Introduce Yourself :: Fiches acceptées-
Sauter vers: