AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Une virée au phare [PV INSCRITS]

Aller en bas 
AuteurMessage
Anna Feguson
Adminette
Anna Feguson

Disponible pour un topic? : Oui
Date d'inscription : 30/06/2009
Age : 27

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Une virée au phare [PV INSCRITS]   Mer 9 Sep - 0:22

[Ordre de passage :
- Anna
- Vaughan
- Reagan
- Cassy (?)
- Casiopée
- Thomas
- Enaëlle
- Adam
]

Citation :
Avez-vous entendu cette nuit ? Un cri strident émanait du phare ! Oh, pas longtemps, une seconde ou bien deux. Mais si fort, que tous les quartiers voisins en ont entendu parler ! Ils en ont parlé aux quartiers d'à coté, qui ont fait de même...
Des témoins, qui étaient dehors cette nuit là, ont affirmés avoir vus une lumière rouge s'allumer au sommet du phare, puis s'éteindre aussitôt. Une vieille dame prétendit même avoir aperçu une silhouette à travers une fenêtre, lors de l'évènement !
Ou bien cette femme ment, ou bien il s'est réellement passé quelque chose dans le phare...
Le lendemain matin, une troupe de personnes sont massées devant l'entrée. Ils aimeraient bien pénétrer, et savoir ce qu'il se passe. Qui donc avait été assez courageux pour y entrer la nuit ? Et qui oserait y aller seul ?
Êtes vous dans ce petit groupe qui veulent satisfaire leur curiosité, et entrer dans ce phare alors que la police y a interdit l'accès avant elle ?
...



Vingt-deux heure. Le livre penché au dessus de son visage, elle tentait d'achever les dernières lignes avant que ses paupières ne se ferment. La fin du chapître arriva plus tôt que prévu, et elle referma son ouvrage avant de le poser sur sa table de nuit. La jeune femme plaça un paquet de mouchoir sur "La personnalité et vous", puis elle éteignit la lumière. Le mécanisme du sommeil s'occupa de lui faire revivre tous les moments de sa journée, faisant défiler des visages d'étudiants, la décoration de son cabinet, les dossiers rangés dans son bureau et la figure de quelques uns de ses collègues. Ces images commencèrent à se troubler, puis à dériver sur un monde plus vague lorsqu'elle sombra dans le sommeil. La nuit et le silence se chargèrent de la bercer, comme tous les soirs paisibles de son quartier. Les heures passèrent, et son esprit ne put s'empêcher de la faire rêver de ce qu'elle pourrait éventuellement faire le lendemain, septième jour de la semaine.

Un cri perçant déchira le calme de Mihitora. C'était une voix stridente, aigüe, qui dura quelques secondes même pas. Le sang de la jeune femme se glaça, alors que es yeux se rouvraient. Son coeur s'accéléra soudainement et elle se redressa sur le lit. Regardant autour d'elle, elle alluma sa lampe pour se rassurer. Rien, il n'y avait rien. Rien d'autre que le silence revenu sur Wharekauri. Avait-elle rêvé ce cri ? Probablement. C'était pourtant bien la première fois qu'elle entendait quelque chose d'aussi affreux. De la peur, de la terreur même dans une voix qui ne dura qu'une seconde ou deux. Anna éteignit à nouveau la lumière pour s'allonger. Son coeur finit par se calmer au bout de quelques minutes lorsqu'elle murmura pour elle même que ce n'était rien d'autre qu'un rêve. Cela faisait bien longtemps qu'elle n'avait plus peur du noir, et elle finit par se rendormir une demi heure plus tard, le coeur toujours serré.

Sept heure. Étrangement tôt pour un dimanche, non ? Mais la jeune femme était réveillée depuis un quart d'heure déjà. Allant aux toilettes, elle aperçut par la fenêtre, le phare. Immense bâtiment près de l'eau, que l'on pensait inhabité et vide. Elle le voyait d'ici, et elle remarqua également ces voitures de polices amassées devant. Donc... Elle n'avait pas rêvé ? Sans autre forme de procès, la psychologue débarqua dans la salle de bain pour s'habiller, et se préparer. Elle prit ensuite sa veste, et à sept heure trente, sortit de son appartement en quatrième vitesse. Le soleil se levait à peine, et les nuages étaient de garde dans le ciel. Anna ouvrit sa voiture et s'engouffra à l'intérieur pour la faire démarrer. Lorsqu'elle arriva devant le phare, difficile de trouver une place où se garrer. Avec ces policiers et ces personnes curieuses, il n'y avait presque plus de place. Mais Anna trouva un endroit qui se libéra lorsqu'elle passait. Coup de chance, elle se gara et sortit de la voiture. En s'approchant du phare, elle attira l'attention d'un des policiers devant le fil en plastique qui bloquait le passage aux autres personnes.

- "Que s'est-il passé ?" Demanda-t-elle en espérant que la réponse ne soit pas trop grave.
- "Des gens ont entendu un cri cette nuit, et ils ont vu des personnes à l'intérieur. S'il vous plaît ne restez pas là, des renforts vont arriver." ordonna l'agent en lui demandant de circuler d'un signe de main.

S'il y avait bien une chose que la jeune femme n'avait pas l'intention de faire, c'était de déguerpir. Pas après ce qu'elle avait entendu. Et telles qu'elle connaissait les autorités, les habitants de chatam ne sauront strictement rien, et encore moins la vérité sur ce qu'il venait de se passer ! Elle ne connaissait que trop bien la ville pour savoir qu'il ne fallait pas se fier aux dires des autres pour être sur le bon chemin. Anna fit mine de partir, mais en vérité elle faisait le tour du phare. L'endroit où les agents bloquaient le passage était loin de l'entrée du phare, de quoi pouvaient-il avoir peur ? Elle repéra une faille, un petit endroit sans policiers pour surveiller et une haie juste à coté. Quoi de plus simple ? La jeune femme s'abaissa puis passa en dessous de la barrière. Longeant la haie, elle atteignit rapidement la grande porte du lieu soi disant inhabité. Son coeur se serra, était-ce réellement une bonne idée de s'y engouffrer ? Peu importe. Elle voulait savoir, elle ne serait certainement pas mise à l'écart. Poussant la porte, la psychologue pénétra à l'intérieur et referma derrière elle. Évidemment, tout était noir. Mais elle n'eut pas le loisir de chercher la lumière car la porte derrière elle s'ouvrait déjà. Est-ce qu'elle avait été suivie ? Ou bien quelqu'un avait trouvé un autre passage pour satisfaire sa curiosité ?

- "Vaughan ?" Demanda-t-elle en reconnaissant sous les lueurs une longue chevelure rousse, avant que la porte ne soit refermée derrière eux. "Contente de vous voir." Finit-elle par dire en posant ses yeux sur la pénombre devant eux. Quelques fenêtres éclairaient des débris de verre ou de bois, mais on ne voyait rien d'autre.

- "Il faut arriver avant les policiers, si nous voulons savoir ce qu'il s'est réellement passé... Avez-vous entendu le cri, cette nuit ?"

_________________


Avatar by Sissy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Une virée au phare [PV INSCRITS]   Mar 15 Sep - 17:20

Spoiler:
 

- Vaugh' fais pas la gueule, çà fait un bail qu'on a pas fait une sortie entre potes.

La sortie n'en était pas véritablement une puisque le journaliste avait décidé de passer la journée à patrouiller dans les rues de Chatam pour dégoter une information croustillante. Il avait simplement profité que son ami irlandais ne soit pas de service pour ce soir – ou plutôt l'avait forcé à quitter son poste – pour l'aider dans son travail et converser gaiement, loin des langues de commères. Comme chaque journée, les rues étaient bondées par le tout Chatam.

Comme pour fuir ces quartiers où la promiscuité devenait étouffante, les deux hommes se rendaient hors de la cité, voir s'il y avait autant de vie. Passé les dernières demeures, il n'y avait plus que l'océan à perte de vue, et le cri des mouettes se régalant des déchets laissés par les pêcheurs et les personnes ayant sillonnés la plage quelques heures plus tôt. A chaque pas opéré en direction de la crique, les bruits naturels étaient étouffés par des crissements de pneus et des voix rendues plus fortes à l'aide de mégaphones.

- Tiens, de l'animation, conclut le journaliste.

Et sans un mot de plus, le polonais s'élança vers le rassemblement de voitures, de policiers et de curieux sans même chercher à savoir si Vaughan arrivait à le suivre – ou souhaitait même le suivre dans le bourbier où il s'enfonçait. L'accès au phare était barré par les dispositifs de sécurités habituels : rouleau en plastique d'un jaune criard avec inscriptions en lettres noires, flanqué de policiers qui ressemblaient à des videurs de boîte de nuit. De la bagatelle pour le polonais qui avait déjà réussit à franchir pire. Néanmoins avant d'enfreindre les règles de bienséance, il fallait s'informer de ce qui était advenu. Sans se faire remarquer, Reagan s'approcha d'un groupe de vieilles femmes qui commentaient la scène avec des voix hautes perchées.

- Un cri horrible ! Il venait du phare, et, terrorisée comme j'étais, je suis sortie voir. Et là une silhouette au sommet, je vous le jure. Je l'ai vu. C'était horrible, horrible !

Ah on serait peu de choses sans les bonnes vieilles dames sujettes à des promenades nocturnes. Se reculant sans un bruit, le polonais n'eut pas besoin de faire de longs discours pour faire comprendre son idée à Vaughan. Idée qu'il semblait peu apprécier, mais le ton implorant que prit Reagan finit par le faire plier. Profitant que les policiers s'occupent de la vielle dame qui se sentait mal -à force de se rappeler cette nuit d'émotions fortes- les deux hommes se glissèrent sous la bande de sécurité. La porte ne fut ouverte que quelques secondes, redevant close quand le public reporta son attention sur le phare.

A l'intérieur, tout était poussiéreux et l'odeur de renfermé aurait presque pu vous pousser à rendre votre petit-déjeuner. Les fenêtres barricadées ne laissaient passer aucune lueur. Si Mademoiselle Feguson n'avait pas parlé, jamais le polonais n'aurait deviné sa présence tant la pénombre absorbait la moindre lueur.

Reagan appuya sur un bouton de son portable, éclairant la jeune femme de la lueur pâle de l'écran du téléphone. Ce n'était guère grand-chose, mais à défaut de mieux... Le polonais ne préfera pas relever que Mademoiselle Feguson l'avait oublié - quelque chose lui disait qu'un certain article n'avait pas du lui plaire.

- Il faut arriver avant les policiers, si nous voulons savoir ce qu'il s'est réellement passé... Avez-vous entendu le cri, cette nuit ?
- Je ne savais pas que la fille du maire aimait braver les interdits. Oh, mais avec votre statue, vous ne risquerez pas la prison tandis que nous...

Sa langue avait encore dépassé sa pensée, au risque que la situation se retourne contre lui. Mais il en supporterait les conséquences. Si encore il n'avait à supporter que la fille du maire durant cette visite du phare, il pourrait tenir. Mais il faudrait qu'il vieille à ce que la demoiselle Feguson ne le gêne pas dans ses recherches.

- Si quelqu'un a un briquet ou une allumette, qu'il le dise. Je vais finir par me faire une fluxion du pouce à appuyer sans cesse sur ce bouton.
Revenir en haut Aller en bas
 
Une virée au phare [PV INSCRITS]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Petite virée nocturne dans les bois [Pv Angel ^.^] [HENTAÏ]
» Blocher viré!!!!!
» WARNING!! avis aux nouveaux inscrits
» Petite virée dans le Canyon [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Shall Remember :: REKOHU : CHATAM IN ALL HER PARADISE :: Point Munning :: The Old Man's Headlight-
Sauter vers: