AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']

Aller en bas 
AuteurMessage
Lilith A. Killmaster
Chatam's Devil
Admin

avatar

Disponible pour un topic? : Non
Date d'inscription : 09/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']   Lun 16 Nov - 2:28

    - Et… Et celle du belge fermier, tu la connais ? C’est un belge, il a une ferme et…
    - Lilith, arrêtes, t’es complètement bourrée là… Et descend de cette chaise, s’il te plait !
    - Oh, c’est bon, John, laisse moi un peu profiter de ma soirée. Si t’es pas content, tu te casses et puis c’est tout !
    - Mon nom est Jack !
    - Et ben, casses toi, Jack Danniels !
    Elle se mit à rire fortement en le voyant partir, courroucé comme jamais. Un de perdu, dix de retrouvés, de toute façon. Et ce dicton allait comme un gant à notre chère Lilith. Il suffisait de voir le nombre de beaux mâles dans le bar, ce soir là, pour comprendre qu’elle avait de quoi se mettre sous la dent. Ah, ce qu’elle aimait la rentrée scolaire et son lot de nouveaux étudiants débarquant à Chatam. Du sang frais autre que celui des touristes de passage, enfin !
    Dans un haussement d’épaules, elle se tourna vers son petit auditoire, composé d’hommes tout aussi bien entamés qu’elle. Ils rirent de voir le bellâtre partir, vexé comme pas deux. Encore un petit nouveau ignorant la réputation de la belle, voilà tout. On l’aurait mis au parfum d’un moment à l’autre, de toute façon. L’oubliant bien vite, elle termina de raconter sa blague vaseuse, avant de se servir un autre verre de whisky. Elle avait vu grand en achetant directement le litre au bar, ce soir là, et non verre par verre comme elle le faisait en temps normal. Après tout, aujourd’hui était le jour parfait pour entamer une magnifique gueule de bois : la rentrée scolaire. Fiasco total, bien entendu.

    - Hey, Lilith ? Une petite danse, ça te tente ?
    - Un peu, mon n’veu !

    De la chaise où elle était juchée, elle grimpa sur la table, renversant quelques verres par la même occasion. L’un alla s’écraser au sol pour s’y exploser en mille morceaux. Elle en pouffa de rire, surtout en voyant l’air exaspéré de l’irlandais. Le nombre de verre lui avait fait oublié son nom, mais pas qu’il était le boss. Elle ajouterait un billet de plus à la somme finale, comme toujours. Mais, pour l’instant, elle avait mieux à penser. Ou à faire, plutôt.
    Sans suivre un seul instant le tempo de la musique – vous avez déjà essayé de danser sur du Radio Head, vous ? – elle se mit à se trémousser sur sa table. Bien vite, les regards masculins furent braqués sur elle et les sifflements fusèrent de partout. Souriant, elle continua son petit spectacle, se caressant joyeusement le corps à renfort d’haussements de sourcils suggestifs. De quoi rameuter tous les hommes en rut du quartier, bien sur. Elle était l’attraction du coin, la fille sans limite qui se croyait tout permis – même se la jouer escort girl au milieu du Rock’n Drink. Normal que cela leur plaisait, forcément.

    - Aller les mecs, c’est tout pour aujourd’hui. Vous devez déjà être serrés dans votre pantalon, de toutes façons !

    D’un bout gracieux et élégant, elle sauta de la table. Enfin. Cela aurait pu être gracieux et élégant si elle n’avait pas glissé sur le liquide qui était à terre – résultat de son combat avec la table quelques minutes plus tôt. Si bien qu’au lieu d’atterrir avec délicatesse, son pied glissa, la faisant basculer en avant. Elle dut se retenir au premier venu pour ne pas finir face contre sol. Du grand Killmaster.
    Comme elle n’était plus à cela près, cet accident de parcours la fit rire. Non pas le rire mélodieux de jeune fille qu’elle pouvait avoir, non. Le rire gras de la fille bourrée. Beaucoup moins glamour, d’un coup. Elle releva la tête pour regarder son sauveur et… Arrêta de rire aussitôt. Elle cligna des yeux devant la beauté du garçon en question. Dieu qu’elle aimait les nouveaux habitants de Chatam, d’un coup. Avec un sourire rempli de pitié, il lui prit les mains pour les détacher de son tee-shirt et sortit du bar sans un regard en arrière. Celui de Lilith, lui, était empli d’un seul sentiment : l’envie.
    Alors qu’elle reprenait sa bouteille de whisky – qu’elle avait fini par boire à même le goulot – et qu’elle réfléchissait à une stratégie pour retrouver le beau brun, l’un des mecs avec qui elle trainait lui donna un petit coup de coude. Elle l’interrogea d’un regard pour qu’il lui montre du doigt le bar.

    - La brebis effarouchée, tu la connais ?

    Elle tourna le regard vers la brebis en question. Une fille, assez menue, aux longs cheveux blonds, était accoudée au bar. Tout dans son regard montrait qu’elle se demandait bien où elle venait d’atterrir et ce qu’elle faisait là. Ce n’est qu’au bout d’un long moment – bouche ouverte à se demander où elle l’avait déjà vu – que Lilith percuta.

    - Cailinn, ma chérie, qu’est-ce que tu fous là !

    Elle s’approcha d’elle d’un pas hésitant et tout ce qu’il n’y avait pas de droit, un grand sourire aux lèvres. Chouette, enfin de quoi se divertir !

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cailinn S. O'Shawnessey

avatar

Disponible pour un topic? : Toujours! :)
Date d'inscription : 05/11/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']   Lun 16 Nov - 17:50

Soir de la rentrée, elle était seule chez elle. Connaissez –vous une chose plus déprimante que celle-là ? Se retrouver toute seule lorsque tous les gens autour de vous se rassemblent… C’était difficile. En même temps, les seules personnes qu’elle apercevait qui ne se soûlaient pas ce soir là, c’étaient les fayots… Or, elle avait beau être très fade, tristounette et intelligente, elle n’était pas du tout comme eux. Et bon, l’alcool… Bien, mais qui savait apprécier un verre de vin à sa juste valeur à présent ? Non, décidemment, rien ne lui ferait plus plaisir que d’être de retour à la campagne, pour un feu autour du lac avec ses amis. Cependant, elle devait se résoudre au fait que cela n’arriverait plus. A présent, elle était coincée dans la ville et n’en sortirait probablement pas. Elle devait s’y faire et commencer à se mêler aux gens de la ville et peut-être agir un peu comme eux. Mais cela se révélait dur… Elle se releva de son canapé et se regarda dans son grand miroir de plein pied. Une chose était certaine, elle ne pouvait pas sortir de chez elle dans cette tenue. Son débardeur blanc et son bas de survêtement ne semblaient pas convenir… Enfin, pour d’autres personnes peut-être, pour elle, nettement moins.
Elle se changea, enfilant un pantalon blanc slim et un chemisier noir pour le haut. Elle boucla sa taille avec une ceinture argentée, siglée sur le devant, par deux G entrelacés. Elle enfila ses ballerines de la même couleur et prit une petite minaudière Vuitton en cuir de couleur pétrole. Elle y fourra toutes ses affaires, et, après s’être assurée d’être tout à fait potable, elle était sortie. Evidemment, s’assurer qu’elel était potable, dans un cas pareil, c’était se maquiller et prendre soin de son visage, rendant ses yeux encore plus bleus et ses lèvres encore plus pulpeuses. Non, elle n’était pas simplement potable, elle était simplement très belle.

Les gens allaient tous dans la même direction, voir mieux, ils parlaient tous du même endroit. Au final, elle n’aurait même pas à chercher, elle devrait simplement se contenter de le suivre. Alors, elle le suivit, et elle eut vite fait d’arriver devant un certain bar, le Rock’N’Drink. Elle fit une légère grimace, lorsqu’elle lut le nom. Pourquoi drink ? Était-ce ce qu’il y avait de plus important ? Elle prit une grande inspiration et pénétra dans la fosse aux ours… pardon, aux jeunes. Les gens dansaient, se bousculaient, certains étaient assis, d’autres vomissaient dans un coin… Bref, c’était exactement le genre d’ambiance que Cailinn ne supportait pas. Mais quel était l’utilité de se mettre dans des états pareils ? Elle secoua doucement la tête et alla vers l’endroit qui semblait encore le moins bousculé, soit, le bar. Elle demanda à ce qu’on lui serve un verre de vin rouge, distinguée, comme toujours. Elle remit en place une boucle blonde qui tombait sur son épaule et regarda autour d’elle, voyant ça et là des gens déjà croisés et qui lui rappelaient quelque chose, qui détruisaient tout leur amour propre et toute dignité en se comportant comme des gens sans aucun éducation. Enfin, tous ces gens là, n’avaient-ils simplement pas honte de se comporter ainsi ? Cailinn jeta un coup d’œil sur sa montre, il n’était que minuit.

Qu’était-elle venue faire là exactement ? Comment avait-elle pu se mettre dans la tête qu’elle serait un jour une vraie citadine ? C’était de l’illusion, et franchement, pas une mauvaise illusion, Après tout, elle ne voulait pas devenir comme ça, de ces personnes qui passent leur temps à boire et se soûler. Elle devrait peut-être partir… Mais c’est à ce moment là que son verre arriva… Et qu’elle entendit quelqu’un l’appeler.

Elle se tourna vers la voix, son verre de vin à la main. Elle ne releva pas la très grande différence de langages dans la phrase de son interlocutrice, entre le « ma chérie » qui faisait si snob et le « qu’est-ce que tu fous là », très viril.
Elle reconnut Lilith, une amie de..., enfin, quelqu’un qui s’intéressait à Nathan et qu’elle avait déjà eu l’occasion de rencontrer. Elle avait tout de suite senti que cette fille ne l’aimait absolument pas. Pourquoi, soudainement, se mettait-elle à lui parler ? Cependant, elle n’était pas d’une nature méfiante. Elle balaya ces doutes d’un revers de main et sourit chaleureusement à Lilith, voyant là une chance qui lui était offerte de faire de nouvelles connaissances et de s’attirer la sympathie de quelqu’un qui avait tant de popularité. Elle se ferait ainsi des amis. Elle montra son verre à Lilith, de sa voix douce, trop douce, elle parla, avec son léger accent campagnard :


« Salut, Lilith… Je bois simplement un verre de vin, découvrant l’endroit… »

La démarche de Lilith n’était pas sure du tout et pas le moins du monde stable. Lorsqu’elle arriva jusqu’à elle, elle fut surprise par sa maîtrise de l’équilibre et lui en fit part.

«Tu es une vraie équilibriste, dis moi… Je t’offre quelque chose à boire ? »

Comment ça, elle achetait de l’amitié ? Rien du tout, Lilith avait simplement l’air déshydratée, alors elle l’aidait. Bien sûr, Cailinn était bien consciente que la demoiselle était passablement éméchée, mais bon, lui acheter une boisson l’empêcherait probablement de se retrouver toute seule trop rapidement. Bien évidemment, si elle était arrivée quelques minutes plus tôt et avait assisté au désastre de Lilith, elle n'aurait pas pensé de même... Mais elle avait raté une très grande partie de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lilith A. Killmaster
Chatam's Devil
Admin

avatar

Disponible pour un topic? : Non
Date d'inscription : 09/08/2009

Statement of Belief
~Fourre tout~:

MessageSujet: Re: Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']   Jeu 19 Nov - 0:27

    La rentrée scolaire s’était annoncée pire encore que les deux précédentes. Et pas seulement parce qu’elle devait à nouveau s’enfermer officiellement et quotidiennement à Stanford pour les dix mois à venir. Non, ça, elle aurait facilement pu s’y faire. Il suffisait de sécher les cours dans le laboratoire de Roy en le regardant manipuler ses petits bidules en verre, de passer l’heure du midi avec Loïc à se moquer de Nathan pour ensuite sauter dans les bras de Nathan pendant la pause de l’après-midi et de le trainer dans le premier placard à balais venu. C’était classique. Mais c’à quoi elle ne s’était pas attendue fut la réaction de ses camarades de promo. Bien sur, elle aurait du s’en doutait. Réussir à passer son année deux ans de suite en ayant les résultats les plus catastrophiques de l’université, c’était forcément louche. Ainsi, les regards surpris et curieux s’étaient mêlés à ceux, haineux et teintés d’un grand sentiment d’injustice de la part des autres. Elle s’était sentie bête de foire pendant toute la journée, pour finalement sécher ses deux dernières heures de cours en s’enfermant dans les laboratoires pour faire exploser quelques produits aux noms inconnus. Être détestée à juste titre pour son caractère de chien enragé, d’accord. Être la cible de tous les ragots du premier jour, cela passait un peu moins.
    Et c’est comme cela qu’elle s’était retrouvée au Rock’n Drink, verre de whisky à la main. Boire pour oublier. Toujours. Roy râlerait pour la forme le lendemain matin, par principe. Mais elle savait qu’il comprendrait cette attitude de la part de sa petite sœur paumée et désabusée. Alors il lui servirait un verre d’eau, laisserait tomber une aspirine dans celui-ci et ne ferait aucun commentaire. Comme toujours.

    Mais, pour l’instant, son but était atteint. Elle ne se souvenait plus de sa journée, ni même du début de sa soirée. Trois verres de plus et elle oublierait même son identité, sans doute. Mais elle était heureuse, sur son petit nuage, à l’abri de tout problème. La nuit était à elle, il fallait en profiter. Et puis, il y avait son public, ses fans, avides de ses bêtises d’ivrogne qu’elle leur donnait à la pelle. Son crâne s’emplissait de leurs rires gras et alcoolisées, qui rebondissaient férocement dans ses tympans et dans sa tête. Elle répondait à leur rire, buvait un peu plus encore, s’amusait de voir trouble.
    Puis il y eut l’élément de trop. La petite campagnarde arrivée de son Australie profonde, là, au bar. Comment ne pas en profiter ? Un nom, seul et unique, tambourinait dans le cerveau de Lilith. « Nathan, Nathan, Nathan ! » Et ce n’était pas cette fille à papa qui allait le lui prendre aussi facilement, aussi lâchement. Ne voyait-elle pas que Nathan lui était réservé ? Que seule elle pouvait l’approcher, selon les lois qu’elle avait elle-même établies et qu’il lui avait accordé, en faisant d’elle la seule fille ayant le droit de le toucher, le déshabiller, l’engueuler et le frapper, même ? Il fallait apprendre les règles du jeu à cette petite sotte, foi de Lilith !
    Et, pour cela, elle avait une idée bien précise en tête.

    - Non, c’est la maison qui invite. Edward ! Deux vodkas pomme sur ma note, s’il te plait. Tout de suite !

    Le serveur, interpellé, lui fit un signe positif de la tête. Quelques instants plus tard, les deux verres trônaient devant elles. Lilith s’empara du sien, donnant des petits coups de menton en direction du second verre, pour que Cailinn en face de même. Elle allait apprendre la vie, et rapidement, la gamine !
    N’attendant pas, elle avala son verre en un instant, appréciant le goût de la pomme après les litres de whisky qu’elle venait de s’enfiler. Pour elle sourit à Cailin, ce qui lui valut tous les efforts du monde. La jalousie hurlait en elle et elle aurait voulu s’attaquer à elle à tout instant. Mais cela était trop bref, trop violent. Essayer de la manipuler était bien plus amusant pour Lilith. Et, au pire, il existait de manières bien plus radicales pour arriver à ses fins. Le petit pendule de verre qui trônait constamment au fond de sa poche, par exemple. Cela serait amusant de l’utiliser sur quelqu’un d’autre que Kitty, pour une fois. Cela changerait.

    - Alors, dis mon ma chérie, tu t’plais à Chatam ? C’st pas les beaux mâles qui manquent ici ! T’as trouvé chaussure à ton pied ? Oh, tu peux m’en parlais, je dirais rien. Simplement si c’est un bon coup au pieu ou pas.

    Oui, c’était sans doute un regard scandalisé que Cailinn lui lançait là. Une de plus à ne pas prendre assez au sérieux les rumeurs courant follement sur Lilith A. Killmaster, la seule et unique !

_________________


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']   

Revenir en haut Aller en bas
 
Règle numéro un : se bourrer la gueule [Cail']
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le bar... Quoi de mieux pour se bourrer la gueule. [Pov Emmy]
» Quoi de mieux que de noyer son chagrin dans un verre de whisky?[Valentin]
» Règle numéro 2 : Des addictions à la drogue, tu n'auras pas
» Règle sur la bataille navale.
» Collections numérisées d'enluminures

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
I Shall Remember :: Waitangui : Chatam in all her Glory :: Ranguiauria :: Le Rock'N Drink-
Sauter vers: